17 Novembre 2017 - 20:12:52
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
« Signes des tempsSignesInfos du mondeBlack-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ? »
 (Lu 5700 fois) [1]

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« le: 04 Novembre 2004 - 17:37:36 » par Mathieu
Hello,

Scénario de politique-fiction ou de pure science-fiction, je trouve tout de même curieux cette coïncidence.

Le 23 octobre dernier une nouvelles a commencé à faire le tour de quelques sites d'informations financières : les Etats-Unis n'hésiteraient pas à rendre inutilisable le système européen de positionnement par satellite Galileo si celui-ci s'avérait pouvoir être utilisé par des terroristes dans une action contre les Etats-Unis. Selon cet article,  US could shoot down EU satellites if used by foes in wartime: report, ce serait surtout l'entrée de la Chine dans le consortium qui serait contre leurs désirs. Galileo est un concurrent de GPS à qui on met des batons dans les roues depuis des années.

J'ai lu ou vu il y a quelques jours que les américains avaient un système capable de neutraliser les satellites de communication étrangers sans les détruire et ce à n'importe quel moment et pour n'importe quelle durée.

D'où cette association curieusement conspirationiste qui s'est faite dans ma petite tête : et si le black-out de France Telecom en région parisienne le week-end dernier était un test grandeur nature, voire une manoeuvre d'intimidation ?

Je n'arrive pas à retrouver cette information sur ce satellite capable de neutraliser les autres satellites... quelqu'un se souvient-il de ça ?

Mathieu
Journalisée

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« Répondre #1 le: 18 Novembre 2004 - 00:58:40 » par Mathieu
Juste en passant, pour mémoire : bug informatique bloquant totalement le réseau Bouygues telecom le 17/11/04...

Citation
Une panne informatique a fortement perturbé mercredi le réseau de Bouygues Telecom et empêchait toujours dans la soirée une partie de ses clients de passer ou de recevoir des appels.
L'opérateur téléphonique a promis une reprise "progressive" et "aléatoire" du réseau pour la seule émission d'appels.
"L'opération de reconnexion progressive de l'ensemble des clients se poursuit pour permettre d'émettre des appels, malheureusement de manière encore aléatoire à cette heure", a indiqué en fin d'après-midi Bouygues Telecom dans un communiqué, sans évoquer la réception d'appels.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole a affirmé "ne rien savoir du tout" sur la reprise du service en ce qui concerne la réception des appels et sur le rétablissement complet du réseau.

"On préfère ne pas s'engager sur l'heure à laquelle il va fonctionner à nouveau entièrement", a-t-elle dit.

Bouygues Telecom a pris la décision "d'une compensation aux clients touchés", a indiqué le service de presse de Bouygues Telecom dans la soirée, sans toutefois préciser les modalités et la forme de ce geste commercial.

La panne informatique qui paralysait le réseau de l'opérateur depuis 06h00 mercredi "provient du dysfonctionnement de la base de données clients qui sert à repérer le mobile du client et lui permet d'acheminer des appels et d'en recevoir", a expliqué le groupe dans un communiqué.

"Le réseau peut fonctionner à un endroit précis mais il suffit que l'on se déplace de quelques mètres pour que ça ne marche plus", a précisé la porte-parole de Bouygues Telecom.

De nombreux utilisateurs ont contacté l'AFP pour exprimer leur mécontentement en accusant l'opérateur d'avoir publié des "informations fausses" sur son site internet.

Dans l'après-midi, le site internet de Bouygues Telecom affichait un message selon lequel, à partir de 13h00, l'ensemble de ses clients pouvaient émettre des appels. Or vers 18h00, de très nombreux abonnés n'étaient toujours pas en mesure d'émettre ou de recevoir d'appels. Ils ne pouvaient pas non plus, comme l'avait promis l'opérateur à partir de 10H30, appeler le numéro d'urgence 112 - qui permet de joindre les sapeurs-pompiers, la police et le Samu.
Journalisée

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« Répondre #2 le: 23 Novembre 2004 - 12:39:16 » par Mathieu
Bouygues Télécom exclut tout acte de malveillance après la panne de mercredi

http://fr.news.yahoo.com/041119/5/45d5x.html

Citation
Bouygues Télécom exclut complètement tout acte de malveillance après la panne "exceptionnelle par son ampleur" qui a privé de portable pendant toute une journée près de six millions de ses clients. L'opérateur, qui a promis de communiquer le "diagnostic" d'ici la fin du mois, semble pointer une défaillance des serveurs fournis par son équipementier.

Citation
Le PDG de Bouygues Télécom Gilles Pélisson a par ailleurs assuré que l'entreprise participerait "activement" à la mission demandée par le ministre délégué à l'Industrie Patrick Devedjian qui avait confié la veille une enquête à Jean-Michel Hubert, vice-président du Conseil général des technologies de l'information, sur les pannes dans les réseaux réseaux de télécommunication.

Le réseau fixe de France Télécom avait en effet été affecté par une panne le dernier week-end d'octobre. Et en dehors des télécommunications, le système de réservation de la SNCF avait été paralysé en juillet par une importante panne informatique.

Pour l'heure, Bouygues Télécom exclut complètement tout "acte de malveillance ou erreur humaine, voire introduction de virus" à l'origine de la panne de ses deux serveurs de localisation client. Son directeur Technologies réseau et Systèmes d'information Pierre Marfaing a souligné que les investigations se concentrent sur deux hypothèses.

Soit la panne est liée à un "dysfonctionnement" du système d'information de Bouygues Télécom, provoquant une incompréhension entre le serveur et le système, soit elle provient d'"une défaillance" des serveurs informatiques fournis par l'Américain Tekelec, qui équipe les trois opérateurs de téléphonie mobile en France. Cette dernière hypothèse, qui permettrait à l'opérateur de se dédouanner en quelque sorte l'opérateur, est "regardée de très près", selon M. Marfaing.

Citation
Mercredi à 6h du matin, le serveur qui gère la base de clients et permet de savoir en permanence dans quelle région il se trouve pour acheminer les appels, tombait en panne. Le système était aussitôt basculé sur le serveur de secours, un serveur identique distant de plusieurs dizaines de kilomètres du premier, les deux lieux étant tenus secrets par Bouygues Télécom. Or, ce dernier tombait lui aussi en panne six à sept minutes plus tard.

Citation
Bouygues Télécom laissait entendre vendredi que l'un de ses concurrents avait connu une panne similaire au printemps dernier. Mais Orange (France Télécom) dont les appels entrants, uniquement, avaient été bloqués pendant deux heures le 30 mars dernier après une manipulation sur le réseau, démentait fermement toute similitude.
Journalisée

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« Répondre #3 le: 23 Novembre 2004 - 12:43:09 » par Mathieu
A noter pour appuyer un peu mon intuition... cette petite news ZDNet :

http://www.zdnet.fr/actualites/technologie/0,39020809,39182713,00.htm

Citation
Un mystérieux programme dans les imprimantes Lexmark
Un client américain du constructeur a découvert la présence d'un logiciel espion sur son système, après avoir installé son imprimante. Lexmark lui a expliqué que ce programme alimente ses études clients, sans «collecter de données personnelles».

LONDRES – Le fabricant américain d’imprimantes Lexmark installerait à l'insu de ses clients un petit programme espion, ou "spyware", afin de surveiller l'usage qui est fait de ses machines. C'est ce qu'affirme un utilisateur mécontent sur un groupe de discussion Usenet dédié au monde de l'impression (comp.periphs.printers).



Le message d'origine :
http://news-reader.org/article.php?group=comp.periphs.printers&post_nr=326130

Citation
Yes, Lexmark is now in the Spyware business!

Just the other day I purchased a new Lexmark X5250 All-in-one printer.
I installed it as per the instructions and monitored the install with
Norton as I do with all new software.

On reviewing the install log I noticed a program called Lx_CATS had
been placed in the c:program files directory. I investigated and
found a data log and an initialisation file called Lx_CATS.ini.
Further investigation of this file showed that Lexmark had, without my
permission, loaded a Trojan backdoor on to my computer. Furthermore,
it is embedded into the system registry, so average users would likely
never know it was there and active.

This Lexmark Trojan was programmed to monitor my use of the printer by
way of data collected from two DLLs in the c:program fileslexmark500
folder. The Trojan would then send information on printer usage,
including types of print activity, scanning activity, OCR activity
etc., back to a hidden URL at 30 day intervals.

The URL, www.lxkcc1.com, is identified as being owned by Lexmark.

When I called and spoke with Lexmark support, they denied all
knowledge of any such program, and suggested I had somehow been
infected by a virus. When I challenged them with the facts, they
ultimately aknowleged that this was indeed activity tracking software
that reported printer and cartridge use back to them for "survey"
purposes. Lexmark said that "no personal data" was relayed by the
program, and that I could not be personally identified by it. However
- the program transmits the printer serial number, and when I
registered the warranty with Lexmark, they recorded my personal
information along with the serial number. How much effort does it take
to match the two?

I call it spying! I was not advised of this part of the installation,
nor was I asked to agree to be part of any such data gathering
activity. I see this as a breach of my privacy, and as deplorable
behaviour by Lexmark.

Lexmark users beware! But, they may not be the only ones stealing your
private information.


A noter donc que le fabricant des serveurs Bouygues est lui aussi américain...
Journalisée

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« Répondre #4 le: 26 Novembre 2004 - 11:46:33 » par Mathieu
Je le savais bien que j'avais lu quelque chose au sujet de ce nouveau système américain de brouillage des signaux satellites !

http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news4753.php du 25/11/2004

Citation
L'US Air Force a annoncé la mise en service d'une nouvelle arme destinée à brouiller les satellites ennemis, appelée " Counter Communications System ". Ce système de brouillage rentre dans le cadre de la politique spatiale de sécurité nationale adoptée par Bill Clinton en 1996.

Basé au sol, ce système utilise des ondes électromagnétiques permettant de mettre hors service, de manière temporaire et réversible, les transmissions de satellites de communication.

Il est également transportable facilement. Ces technologies présentent l'avantage de brouiller les communications sans détruire les satellites donc sans créer de débris spatiaux.


Mission pour la Science et la Technologie de l'Ambassade de France aux Etats-Unis revue de presse Etats-Unis ESPACE n°326 du 5/11/2004

Citation
- 5: LES ETATS-UNIS DISPOSENT D'UN SYSTEME DE BROUILLAGE DE SATELLITES

L'US Air Force a annoncé la mise en service d'une nouvelle arme destinée à brouiller les satellites ennemis, appelée " Counter Communications System ". Ce système de brouillage rentre dans le cadre de la politique spatiale de sécurité nationale adoptée par Bill Clinton en 1996. Basé au sol, ce système utilise des ondes électromagnétiques permettant de mettre hors service, de manière temporaire et réversible, les transmissions de satellites de communication. Il est également transportable facilement. Ces technologies présentent l'avantage de brouiller les communications sans détruire les satellites donc sans créer de débris spatiaux. [Reuters 31/10/2004]


Reuters le 29/10/2004

Citation
U.S. Deploys Satellite Jamming System

 By Jim Wolf

WASHINGTON (Reuters) - The U.S. Air Force quietly has put into service a new weapon designed to jam enemy satellite communications, a significant step toward U.S. control of space.

The so-called Counter Communications System was declared operational late last month at Peterson Air Force Base in Colorado Springs, the Air Force Space Command said on Friday in e-mailed replies to questions from Reuters.

The ground-based jammer uses electromagnetic radio frequency energy to knock out transmissions on a temporary and reversible basis, without frying components, the command said.

"A reversible effect ensures that during the time of need, the adversary's space-based capability to threaten our forces is diminished," said Capt. Angie Blair, a spokeswoman. "Following the time of need, the space-based capabilities used by the adversary can return to its original state."

The device appears to have been put into service considerably earlier than had been projected by the Air Force as recently as February.

At that time, a long-range planning document, dubbed the Transformation Flight Plan, said such a system would let the United States by 2010 "deny and disrupt an adversary's space-based communications and early warning" of attack.

U.S. military control of space is one of four missions spelled out under a national space policy adopted by former president Bill Clinton in 1996. The goal is to make sure U.S. forces have unhindered access to space and space-based services and to deny an enemy any similar benefits.

The U.S. military has experimented with a range of "antisatellite" (ASAT) weapons, including lasers, to knock out enemy craft by destroying them or damaging their sensors.

Theresa Hitchens, vice president of the private Center for Defense Information in Washington, welcomed the new system on the ground it would not create debris that could threaten global use of space and would not destroy satellites, only jam them temporarily.

"Unfortunately, it seems we are not going to limit our quest for 'space control' to benign systems," she said, citing the danger of a space arms race.

The deployment was disclosed without fanfare late last month at a technical conference of the American Institute of Aeronautics and Astronautics in San Diego, California.

The system is operated by the 76th Space Control Squadron, a unit created in 2001 to explore technologies for controlling space, Brig. Gen. Larry James, vice commander of the Space and Missile Systems Command told the conference.

The Air Force Space Command, in its e-mailed replies, said the system was built from off-the-shelf commercial equipment, and made up an antenna, transmitters and receivers that can be loaded into a trailer and moved from place to place.

Three such systems had been delivered since late last year, the command said. The program's budget for fiscal 2005 totaled $6.2 million, according to the Congressional Research Service.

The primary integrator was Northrop Grumman Corp.'s . Mission Systems business unit in Redondo Beach, California, said Joe Davidson, a Space and Missile Center spokesman.

Citing "operational security" concerns, military officials declined to discuss how the jammer worked but equated it with traditional Air Force electronic warfare weapons that have been used since World War 2 to deceive, disrupt, deny, degrade or destroy targets.
Journalisée

  Black-out France Telecom, test grandeur nature d'Oncle Sam ?
« Répondre #5 le: 03 Décembre 2004 - 18:07:36 » par Mathieu
Panne informatique à la SNCF, 800 terminaux de vente paralysés

Reuters 3 décembre 2004 17h15

Citation
Une panne informatique à la SNCF, dont on ignore encore l'origine, paralyse depuis vendredi matin 800 terminaux de ventes, empêchant l'émission de billets aux guichets, annonce la direction.

"Il y a 800 terminaux sur 4.000 qui sont paralysés. On est sur le pied de guerre. Des équipes travaillent pour essayer de résorber rapidement la situation", a-t-on précisé à Reuters de même source.

"Rien ne permet à l'heure actuelle de mettre en cause un virus ou un acte de malveillance", souligne la SNCF dans un communiqué.

La compagnie précise que cette "anomalie" touche les seules émissions de billets en gare et n'a aucun impact sur le trafic.

Les réservations sont également possibles.

Les 1.600 automates situés dans plus de 300 gares ne sont pas touchés et les voyageurs peuvent les utiliser pour un départ immédiat. Toutefois, la SNCF craint une affluence en début de soirée. "Tous les vendeurs et les personnels d'accueil sont mobilisés pour aider les voyageurs dans les gares à utiliser les automates", précise-t-elle.

Elle ajoute que les contrôleurs ont reçu des instructions afin de délivrer des billets dans les trains au tarif des gares.

Pour les autres départs, la SNCF demande aux voyageurs d'utiliser le site "voyage-sncf.com", le service par téléphone "Ligne Directe (3635) et les agences de voyages.

En juillet, la SNCF avait été touchée par une panne informatique qui avait bloqué pendant quatre jours son réseau de vente et de réservation des billets aux guichets.

Dans un communiqué, le syndicat Sud-Rail a dénoncé les "dysfonctionnements" du nouveau système informatique de la SNCF, baptisé "Mosaïque".


mais bon... c'est pas la première fois que leur système déraille...
Journalisée

 (Lu 5700 fois) [1]
Aller à:  


Accueil
Aide
Rechercher
Liste des membres

Identifiez-vous
Inscrivez-vous





SMF - Just Installed!



728 Messages
154 Fils de discussion
42 Membres
Dernier membre: jeanreve

Propulsé par PHP
Propulsé par MySQL
XHTML 1.0 Transitionnel valide !
CSS valide !



Powered by SMF 1.1.4 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
Simplicity design by Bloc