19 Novembre 2017 - 04:07:45
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
« Signes des tempsLe siteZLLucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie »
 (Lu 38235 fois) [1]

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« le: 09 Août 2006 - 21:00:58 » par Invité
Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans  l’anthroposophie de Rudolf Steiner

Considéré par plusieurs comme le plus grand initié du XXe siècle, Rudolf Steiner (1861-1925) est le fondateur l’anthroposophie, ou Science Spirituelle, qui se veut une Science du Graal, un renouveau des courants rosicrucien-alchimique, manichéen, platonicien et aristotélicien, une connaissance spirituelle de l’évolution cosmique et humaine qui passe par une compréhension nouvelle de la réincarnation et du karma. Clairvoyant et rigoureusement scientifique, Rudolf Steiner a décrit les rapports entre les réalités spirituelles et le visible. Il a compris que le bien n’est pas simplement l’opposé du mal mais qu’il naît plutôt d’une tension créatrice entre deux extrêmes. Selon lui, nous sommes présentement, et plus que jamais, impliqués dans une lutte de dimension cosmique menée par l’inspirateur de la Science Spirituelle et serviteur du Christ, Michaël, pour préserver l’équilibre entre les deux pôles du mal : l’Ange Lucifer (la fausse Lumière) et l’Archange Ahriman-Satan (dieu de la Mort). Mais au-delà de cette opposition factice se dresse un troisième adversaire encore plus élevé : la Puissance Sorat, l’Anti-Christ, ou la Bête, le chef des hordes de sauterelles apocalyptiques que constituent les Archées déchus, les Asuras des hindous(1). Michaël est un ardent défenseur de la liberté humaine et ne peut donc intervenir à notre place ; il attend notre action.

Cet article, qui ne prétend pas être représentatif de l’ensemble de l’œuvre de Steiner, constitue la première partie d’un triptyque portant sur l’activité des êtres spirituels déchus, Lucifer, Ahriman, Sorat et les Asuras, dans l’évolution humaine jusqu’à nos jours. Je crois qu’une telle symptomatologie des Signes des Temps permet d’accroître notre conscience du spirituel et de développer les forces nécessaires pour tirer un bien de tout ce mal car, après tout, il n’est aucun bien dont ne puisse sortir un mal ni aucun mal dont ne puisse sortir un bien.

Lucifer et Ahriman
Ce n’est pas à l’homme que nous sommes affrontés, mais aux Autorités, aux Puissances, aux Dominations de ce monde de ténèbres, aux esprits du mal qui sont dans les cieux.
(Épîtres de Paul aux Éphésiens, 5 : 12)
Lucifer et Ahriman sont des êtres spirituels appartenant à des hiérarchies très élevées qui rejettent le fondement même de l’évolution cosmique. Ils ont en fait été commandés dans la nuit de temps par les hiérarchies supérieures afin d’initier le germe de la fermeture sur soi, de l’égoïsme, du mensonge et de la révolte contre le cours de l’évolution voulu par les dieux(2). Ces êtres des ténèbres ne sont pas plus là pour faire le mal qu’un train est fait pour user les rails : le mal est un effet secondaire de leur activité. Ils servent à ce qu’on se réveille, à ce qu’on redouble d’efforts spirituels, de même que les symptômes d’une maladie servent à alerter qu’il est urgent de mieux comprendre le corps et l’être humain total via la compréhension de ses pathologies.
 
Lucifer a son domaine dans l’Astral, le monde des désirs et des émotions que l’on partage avec les animaux mais aussi avec les Anges du Ciel, les Anges de la Terre (Deva) et les Élémentaux. L’Archange Ahriman a pour domaine l’Éthérique, le monde des forces formatrices de la nature et des forces vitales des vivants, dont est fait le corps physique des Anges, des Dévas et des Élémentaux. Lucifer est le mal qu'on retrouve à l’intérieur de soi ; Ahriman est le mal qu’on trouve à l’extérieur de soi, derrière les apparences. Lucifer, c’est la totalité des êtres spirituels qui l’ont suivi dans son infatuation égoïste. Certains d’entre eux favorisent notre spiritualisation, d’autres ne font que nous induire en erreur, flatter notre vanité et notre orgueil égoïste et nous inciter à délaisser nos responsabilités terrestres en nous faisant croire qu’on est déjà parfait, suscitant des débordements mystiques, des fièvres délirantes, des hallucinations, une régression dans les visions de l’ancienne clairvoyance atavique, instinctive, lunaire(3). Ahriman, c’est la totalité des êtres méphistophéliques ayant choisi la rébellion satanique contre le cours normal de l’évolution cosmique. Ce sont des forces de destruction qui agissent normalement dans les phénomènes de mort et de décomposition, de naissance même, mais dès qu’ils sortent de leurs limites naturelles, ils détruisent la vie du corps, de l’âme et de l’esprit en suscitant la soif de pouvoir, de plaisir et de confort, l’intellectualisme, la science matérialiste et la peur (du spirituel).

Steiner n’a pas inventé cette polarité des forces du mal : en fait, le mazdéisme persan (-4000) conçoit deux représentants du mal, Az (Lucifer) et Ahriman (Satan), tout comme Mani (216-272) le fit beaucoup plus tard dans son christianisme manichéen(4).  Le Serpent dans le Jardin, le Séducteur, le Tentateur, c’est Lucifer. Ahriman est le Dieu de la Mort, Mammon, dieu du monde matériel, inférieur, souterrain (Hadès-Pluton). L’Apocalypse de Jean raconte qu’après avoir été terrassé dans l’Abîme, le Dragon revient sous la forme de deux Bêtes : la Bête de la Mer (à sept têtes et dix cornes) et la Bête de la Terre (à deux cornes, dures comme l’acier), cette dernière annonçant l’Antéchrist, le Démon solaire du nom de Sorat, l’antithèse absolue du Christ. Dans la mythologie égyptienne, Lucifer correspond à Set, qui tua son frère Osiris, alors qu’Ahriman emprunte les traits du Typhon (5). Dans la mythologie grecque, Lucifer et Ahriman correspondent respectivement aux deux périls qui menacent Ulysse dans son périple initiatique à bord du Calypso : Charybde, le tourbillon des passions, et Scylla, les écueils du matérialisme.  

Première partie : Lucifer
Lucifer est un être extrêmement ambigu : parmi les Anges déchus lucifériens, il y a des êtres démoniaques mais aussi les êtres exaltés de sagesse, mi-hommes mi-dieux, extraterrestres, qui furent de grands enseignants pour l’humanité alors qu’elle était encore à un stade infantile. La perle de leur enseignement est la sagesse des douze boddhisattvas, qui tel un calice zodiacal porte l’Ego solaire du Christ. Comme Prométhée apportant le feu des dieux aux hommes, Lucifer est un « Porteur de Lumière » (Phosphoros); or il n’est pas la Lumière elle-même car, comme Jean l’indique au début de son Évangile, cette Lumière n’est autre que le Christ. Lucifer et le Christ sont en fait des frères jumeaux ; or on sait combien deux frères peuvent être différents. Dans un passé très lointain, au cours de la période cosmique que Steiner nomme l’ancien Soleil, le Christ s’est uni au Logos (le principe créateur du Cosmos) dans un élan de sacrifice de soi pour la Création. Lucifer voulut quant à lui tout illuminer de la lumière de son intelligence, de son indépendance et de son égoïsme sans borne (6). Il chuta ainsi de sa planète Vénus et tomba sur Terre. Ayant suivi Lucifer dans son esprit de mensonge et sa révolte, une part des hiérarchies commença dès l’ancien Soleil à prendre du retard par rapport à l’autre part qui poursuivit son développement. Au cours de la période cosmique suivante, l’ancienne Lune, une grande guerre éclata au Paradis entre ces deux factions des Anges : la légion retardataire menée par Lucifer, et la seconde menée par Michaël (qui n’était alors qu’un Ange). Cette guerre se solda par la victoire des Anges michaëliques, qui s’étaient séparés de la Terre afin d’agir sur elle à distance, sur les Anges rebelles qui entraînèrent dans leur chute le tiers des Anges. Les êtres retardés de l’ancien Saturne sont les Archées déchus, les Asuras ; ceux de l’ancien Soleil  sont ahrimaniens, les Archanges déchus ; et de l’ancienne Lune sont les Anges déchus, lucifériens(7).
 
Après les périodes cosmiques de l’ancien Saturne, l’ancien Soleil et l’ancienne Lune, vient la Terre. Son développement se divise en sept Grandes Époques : Polaire (-68 707), Hyperboréenne (-53 687), Lémurienne (-38 467), Atlantéenne (-22 347), Post-Atlantéenne (de -10 000 à 8000 de notre ère), plus deux autres Grandes Époques qui restent à venir. Durant l’époque Polaire, Adam était uni à Ève, la Vierge Terre Mère, comme par un cordon ombilical ; c’est pourquoi on dit d’Adam qu’il était Fils de la Vierge et du Christ qu’il est le second Adam. En Hyperborée, Adam était mâle-femelle, à l’image de l’Eloha lunaire Yahvé. C’est à cette époque que le soleil d’aujourd’hui se sépara de la masse terre-lune. Durant l’époque Lémurienne, Ève fut « extraite d’une côte d’Adam », ce qui signifie qu’elle est issue de la même « substance d’Ego », c’est-à-dire du sang rouge, capable de supporter un Ego. C’est à ce moment que la lune actuelle fut éjectée de la Terre en train de se minéraliser. Une part de l’humanité commença à se réincarner en Lémurie, mais une autre part resta en retrait, en attendant les conditions plus denses de l’Atlantide, qui permettront d’acquérir la conscience de veille, l’intellect individuel, gage de liberté. Ces retardataires sont les Veilleurs de la Bible, les fils de Seth (fils de Dieu) qui s’unirent sexuellement aux filles de Caïn (filles des hommes)(Cool. Ils se mêlèrent au reste de l’humanité et, comme Prométhée offrant aux hommes le feu des dieux, ils lui permirent de se diviniser en empruntant la voie de la liberté, pour enfin dépasser l’humanité bon enfant de Yahvé (Zeus).

Un récit kabbaliste raconte qu’avant Ève, Adam eu une première femme : Lilith. Lasse d’être attachée aux côtés d’Adam, elle se déchira de lui, se fit pousser des ailes et s’envola, le laissant seul et bien triste. Elle forniqua jour et nuit avec Lucifer, égorgeant à mesure ses rejetons(9). Pour apaiser Adam, Yahvé créa Ève, mais Lilith se mit en colère et s’unit à la forme du Serpent pour aller dans le Jardin tenter Ève, lui promettant que s’ils prenaient du fruit défendu, ils en obtiendraient la sagesse et deviendraient comme des dieux. L’Archée Lilith joue sur l’ambiguïté sophia/sapiens/serpens ; elle se prend pour la divine Sophia, qui est en fait d’une hiérarchie céleste supérieure, celle des Kyriotetes (Esprits de Sagesse), trois degrés au-dessus des Archées (10).

La tentation par le Serpent Lucifer et la Chute de l’Homme remontent au milieu de la Lémurie. La Bible dit que c’est Ève qui tenta Adam, or cela signifie que l’âme humaine – qui est toujours représentée par une femme - comprit son pouvoir de séduction et en usa pour se satisfaire. C’est ainsi que Lucifer a injecté les passions égoïstes dans le désir : le désir de nourriture, de plaisirs, de possession, la jalousie, l’obsession, etc. L’intelligence, la pensée individuelle qui initie l’expérience personnelle, commença alors à se développer unilatéralement, tel un cancer, étouffant l’intuition profonde. La Chute au sens large signifie donc la vulnérabilité de l’homme à tous les niveaux : dans la volonté, la Chute a entraîné le déclin moral et le péché en général ; dans la pensée, c’est l’erreur et le mensonge ; dans le sentiment, c’est le manque d’amour et le cynisme ; dans la perception, c’est l’émoussement des sens et la surestimation du matériel ; dans les processus vitaux, c’est la maladie ; dans le corps physique, c’est la mort (la fin de l’immortalité) ; enfin, dans la personnalité humaine, c’est l’obsession.    

Le fait d’avoir choisi de prendre le fruit de l’Arbre de la Connaissance du bien et du mal, l’Arbre de la Dualité, l’Arbre de Mort, nous bloqua l’accès à l’Arbre de Vie, qui représente l’immortalité ainsi que le pouvoir sur les forces éthériques supérieures. Depuis, les processus éthériques et métaboliques sont gardées par des entités spirituelles ; l’homme n’y a plus accès. Sans ce blocage, nos corps éthérique et physique auraient vite fait de dégénérer sous l’effet chaotique des passions et des pensées. Yahvé voulait nous protéger du piège de la Chute dans l’expérience sensible en nous offrant non pas le Fruit de la Connaissance (l’Expérience) mais la Connaissance elle-même. Cette Connaissance, contrairement à l’Expérience, nous aurait permis d’entrer directement dans l’Éden. (11) Parce qu’on a confondu le Fruit de l’Arbre de la Connaissance avec la Connaissance elle-même et qu’on a séparé le Fruit de l’Arbre, on s’est soi-même exclu du Jardin.  L’Arbre de Vie était agréable à l’œil (unité) ; l’Arbre de Mort était un délice pour les deux yeux (dualité). Lucifer, qui agit au niveau de la tête, nous ouvrit les yeux, y laissant entrer la lumière, ce qui révéla notre « nudité » (qui signifie en fait que l’Ego est à découvert, révélé). Ayant séparé ce qui était uni, on se trouva jeté dans la dualité de la matière (vies et morts, homme et femme, jour et nuit, temps et éternité, Ciel et Terre, Esprit et Matière). C’est cette même dualité qui est la condition première de l’Expérience de la Liberté individuelle.  

   Lucifer tenta Adam et Ève en leur offrant la lumière de l’intelligence, qui initie l’expérience individuelle. C’est en effet par la tête qu’on s’affranchit du corps et qu’on se dit un « Je ». Or l’effet excitant de Lucifer sur l’intellect menaçait de durcir l’individualité humaine trop tôt. Pour faire contrepoids à l’activité de Lucifer (l’un des six Élohim solaire) sur l’activité cérébrale, l’Eloha lunaire et Créateur de l’homme, Yahvé, créa la lune. La lune est liée à la formation du corps, la reproduction, la génération et l’hérédité. Lucifer n’a de pouvoir que sur la tête ; il n’a aucun pouvoir sur les forces lunaires et yahviques de l’hérédité physique et de la corporéité. C’est pour contrer l’activité de Lucifer divisant les sexes et les races que Yahvé créa la lune, établissant ainsi les liens de sang. En divisant les sexes, un sexe introverti féminin et un sexe extroverti masculin, Lucifer espérait déclencher une guerre des sexes, semer le désordre, le diabole.(12) Par l’union charnelle des opposés sexuels complémentaires, symbole de l’amour infini qui est à l’œuvre dans la création, Yahvé a réuni ce qui a été séparé par Adam sous l’influence de Lucifer. On peut constater par soi-même que les premières bases de l'amour sont liées à la famille, au sang, à l'hérédité, donc à la lune. Le seul moyen de transformer l’égoïsme en altruisme était de faire de l’amour, qui porte vers l’union des opposés, le moteur de la vie, faisant en sorte que les sexes doivent obligatoirement s’unir pour se reproduire. L’amour s’est d’abord manifesté à travers l’instinct naturel de la sexualité physique. Il devint ensuite Éros - l'aspect de l’amour plus lié à l'âme et à l’astral – pour enfin se réaliser dans l’Agape : l'amour le plus pur fondé sur la loyauté entre deux Ego voulant se connecter à la destinée de l’autre. Par la seule influence de Lucifer, la liberté et l’individualité auraient fait de nous des égoïstes prématurément. Yahvé fit en sorte que l’autre sexe devint l’être aimé, étendant l’amour de soi aux liens amoureux, puis à la famille, à la tribu, à l’ethnie, à la race(13). C’est seulement beaucoup plus tard que Jésus-Christ put libérer l’amour de l’emprise des liens de sang pour le fonder désormais sur une base individuelle et ainsi le rendre à l’universel humain, renouvelant enfin l’Ancienne Loi de Yahvé (14).

Lucifer se serait incarné dans un corps humain en Chine vers l’an 2000 avant notre ère. Il aurait été le premier homme à comprendre les lois cosmiques par ses propres facultés logiques et à pouvoir les formuler. Il posa ainsi les bases d’une doctrine qui se répandit dans tout le monde oriental : le paganisme. Ce paganisme, dans lequel l’homme se sentait comme un membre du cosmos, fut le terreau dans lequel se développa le judéo-christianisme, qui, tel un oasis dans le désert, amena la première véritable impulsion morale (15). Toute l’époque Égypto-Chaldéenne-Babylonienne (-2907 à -747), placée sous le signe du Taureau, est le témoin de la grande tradition de sagesse luciférienne(16). Par exemple, Mithra, sacrifiant le Taureau correspond à Michaël terrassant Lucifer. Les cultes d’une divinité solaire, fils d’une déesse mère lunaire, étaient en fait lucifériens, car le Christ et Lucifer ont la même Vierge-Mère (17). Le catholicisme, avec sa Madone qui porte l’Enfant, est une reviviscence du culte mithriaque, comme en témoigne le port de la coiffe mithriaque par les Papes et les évêques.  Mais c’est aussi cette grande sagesse païenne « porteuse de lumière », mère des grands mythes et philosophies grecques, qui permit aux premiers chrétiens gnostiques de comprendre le Christ. En effet, sans la connaissance du Christ cosmique et sans l’aspiration luciférienne à vouloir remonter vers les cieux, la fonction du Rédempteur ne va pas de soi. Or la fuite du monde vers le spirituel, que valorisent Platon et les gnostiques (tous platoniciens), de même que le désir de mettre un terme aux réincarnations pour atteindre le nirvâna, témoignent d’un rejet de l’incarnation typiquement luciférien. Certains gnostiques affirment même que le Christ ne s’est jamais incarné et d’autres qu’il n’a jamais été crucifié! La Théosophie de Helena Petrovna Blavatsky, qui présente Lucifer comme le Maître spirituel et Illuminateur ultime, a pris un tournant redoutablement luciférien avec Annie Besant et Alice Bailey (18). Imitant les gnostiques, la Théosophie attribue les traits lucifériens négatifs au Créateur du monde matériel (le Démiurge de Platon), elle identifie la matière et son créateur au mal et la lumière spirituelle à Lucifer. L’ancienne Gnose préchrétienne est le Graal de la Théosophie : c’est un Graal luciférien puisqu’il ne porte pas en lui le sang du Christ, parce que sa Sagesse luciférienne, tournée vers le passé, n’a pas été transformée par l’Amour du Christ. Pourquoi la Théosophie rejette-t-elle Yahvé et le Christ? Parce qu’ils sont à l’origine de la douleur, la maladie, la mort et le karma. En Lémurie, Yahvé a compensé l’introduction de l’égoïsme dans le désir en imposant la mort, la maladie et la douleur comme symptômes indiquant que les passions ont causé du tort au corps. Les injonctions de Yahvé « Si vous en mangez, vous mourrez », « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front » et « Tu enfanteras dans la douleur » ne signifient rien d’autre que cela. En Atlantide, le Christ a implanté la loi morale du karma en opposition au mal conscient rendu possible la première fois au milieu de l’époque atlantéenne via l’influence durcissante d’Ahriman sur l’ego et l’intellect humain. Le karma, la rétroaction des actes, paroles et pensées sur leur émetteur, nous apprend la loi morale cosmique selon laquelle on récolte ce que l’on a semé. Rejeter Yahvé et le Christ est donc puéril car les maux douloureux qu’ils nous imposent demeurent les seuls moyens pour l’Homme de prendre conscience des conséquences de ses passions, d’apprendre de ses erreurs pour se parfaire.

Dans la légende du Graal, Lucifer prend les traits de Klingsor, le mage noir armé de la Lance du Destin, s’en servant comme d’un bâton phallique dans ses rites de magie sexuelle (19).  Dans son jardin des plaisirs, Klingsor appâte les chevaliers du Graal avec des femmes sublimes, les entraînant sur la voie de la magie sexuelle/noire. Amfortas, Roi du Graal, tentera de libérer les chevaliers prisonniers ayant succombé à la tentation mais se laissera envoûter par les charmes sensuels des femmes du Jardin de Klingsor. Furieux d’avoir été séduit, Amfortas lance ses chevaliers contre les troupes de Klingsor, mais, dans un moment d’inattention, il perd la Lance aux mains de Klingsor qui le blesse au testicule avec la Lance empoisonnée. Puisque « le roi et son royaume ne font qu’un », le royaume du Graal devint une terre gaste (gâtée, pourrie), malade, en attente de guérison, comme son roi.(20) Seul Perceval saura vaincre Klingsor, récupérer la Lance et guérir le roi. La morale de cette histoire est qu’Amfortas n’aurait pas dû se lancer dans une chasse aux sorcières mais aurait plutôt dû regarder en lui-même, être attentif à sa propre vulnérabilité liée au penchant humain très fort pour la quête de plaisirs et, à plus forte raison, la quête de satisfaction sexuelle, représentée ici par la blessure au testicule. C’est cette même blessure, comme une épine enfoncée profondément dans la chair, qui causa la division intérieure et la répression d’une part de la conscience dans l’inconscient. Amfortas n’aurait pas dû non plus utiliser la Lance (les forces spirituelles) pour se venger(21). Perceval ne s’en servit que pour guérir le roi, après quoi il la rangea aussitôt. Encore aujourd’hui, les influences magiques de Klingsor rayonnent de par le monde, à partir de Chastel Merveil, le château de Kalot Bobot à Terra de Labur en Sicile(22). Par l’union de Klingsor avec Iblis, épouse d’Eblis le Lucifer islamique, des influences durcissantes (lunaires) irradient la planète à partir de nombreux centres de magie noire, causant la formation de fibres mortes et inconscientes dans l’âme (astral), échappant au pouvoir de l’Ego, nous ouvrant à l’influence de démons, de fantômes et de spectres(23). La tâche qui nous incombe est de les revivifier, les éclairer en s’ouvrant à la lumière du Christ.

Si Lucifer n’avait pas injecté l’égoïsme dans le corps astral humain, on n’aurait jamais connu les bassesses dont l’humain est aujourd’hui capable. On serait en accord parfait avec la volonté des hiérarchies célestes, mais on serait resté des êtres sans autonomie, de belles effigies sans liberté, des automates de bonté. Sans l’indépendance et l’autonomie individuelle, qui impliquent une césure avec la volonté des hiérarchies supérieures, on n’aurait jamais pu développer le libre-arbitre. Un amour vrai doit venir librement, sans contrainte. Or la liberté, comme Lucifer, doit être sauvée de l’égoïsme, transmutée par l’amour. Lucifer est représenté par le bon larron crucifié à la droite du Christ à qui il demanda : « souviens-toi de moi lorsque tu entreras au Ciel », ce à quoi le Christ répondit qu’ils y entreraient tous les deux en même temps (24). C’est donc dire que Lucifer est racheté lorsque le corps astral et l’âme humaine qu’il a corrompus regagnent la pureté (catharsis) de la Vierge Sophia, lorsque l’âme humaine (Isis-Sophia-Perséphone), tombée aux mains de Lucifer, renaît de sa mort tragique. Réaliser le Graal implique de transformer le cosmos passé de Sagesse luciférienne en un cosmos futur d’Amour christique. On atteint le Graal en ravivant sa conscience d’être, comme Lucifer, un être spirituel déchu, en vainquant les forces diviseuses du Serpent, en laissant le Christ vivre en soi, bref en devenant graduellement un Graal (gradalis signifie « graduel ») (25). Le salut de Lucifer est le secret de l’Esprit Saint : une fois la Liberté transmutée par l’Amour, l’individualité héritée de la force diviseuse du Serpent deviendra pure comme la Colombe, un véritable Esprit Sain, à la fois saint (holy) et guérisseur (healing).
Notes
1    Steiner emprunte à Denys l’Aréopagite sa terminologie des hiérarchies célestes, intermédiaires divins entre l’homme (la dixième hiérarchie tout au bas) et la Trinité : de bas en haut, les Anges (Gardiens), les Archanges (des Peuples), les Archées (du Temps), les Exusiai ou Élohim ou Puissances (Esprits de la Forme), les Dynamis ou Vertus, les Kyriotetes ou Esprits de Sagesse ou Dominations, les Trônes, les Chérubins et les Séraphins.  
2   C’est sous l’effet des forces lucifériennes venant du cosmos extérieur que les planètes, originellement spirituelles, se sont repliées sur elles-mêmes, ont acquit une rotondité et une matière visible. De même, l’or est un métal luciférien en ce qu’il est fait de lumière minéralisée, de lumière qui s’est repliée sur soi, qui s’est densifiée.
3   En ressuscitant l’ancienne clairvoyance, Lucifer nous entraîne dans son royaume perdu, la huitième sphère, hors du chemin normal, septénaire, de l’évolution  humaine et terrestre. Celle-ci fera l’objet d’un prochain article.
4   Religion de non-violence absolue à vocation universaliste, répandue de la Gaule à la Chine en passant par l’Afrique du Nord, le manichéisme fut la religion de l’empire Perse de l’an 250 de notre ère à sa brutale éradication au VIIe siècle. Tel un « Bouddha occidental » et un « Christ oriental », Mani incitait à transformer le mal au lieu de le combattre. Il se proclame « Sceau des Prophètes » près de quatre siècles avant que Mahomet ne s’approprie le titre.
5   Le Vishvakarman des Hindous, l’Ahura Mazda des Perses, l’Osiris ses Égyptiens, l’Apollon des romains, c’est toujours les six Élohim solaires, l’Être solaire, le Christ sous ses différents aspects.
6   À l’image des jours de la semaine, la cosmogénèse de Steiner débute avec l’ancien Saturne, le chaos de pure chaleur habité par les Archées, alors à leur stade humain, et où l’homme développe le germe du corps physique. Après une nuit cosmique (le pralaya des hindous), débute l’ancien Soleil, où les Archanges y vivent leur stade humain. Ce Soleil central, qui n’est pas le soleil actuel, étend ses influx spirituels vers la masse extérieure où l’homme développe son corps éthérique. Après une autre nuit cosmique, débute le stade de l’ancienne Lune, où l’homme développe le corps Astral et où les Anges vivent leur stade humain. Répétant le stade solaire, une sorte de soleil divin se sépare de la masse de matière fluidique unissant terre et lune, pour l’irradier de ses influx spirituels. Après une autre nuit cosmique, débute le stade actuel de la Terre. Les stades précédents se répètent et six Élohim s’établissent dans le soleil actuel, se séparant de la Terre afin de durcir la terre à distance par leur action spirituelle, permettant à l’homme d’atteindre la conscience de soi. L’Eloha Yahvé éjecte la lune pour éviter que la terre se durcisse trop. Dans le stade suivant, Jupiter (rien à voir avec la planète actuelle), la Jérusalem Céleste se réalise et la terre spiritualisée devient un soleil. Après une nuit cosmique, Jupiter sera suivi de Vénus, où le Jugement Dernier (666) séparera les bons des mauvais. Le cycle se clôt avec Vulcain, où l’homme devient lui-même Créateur.
7   Comme Lucifer, les formes de vie parasitaires sont des êtres retardataires de l’ancienne Lune. Dans la mythologie germanique, Loki (Lucifer) tue Odin-Baldur en l’empoisonnant avec du gui, un parasite du chêne. Le gui ne peut métaboliser les minéraux par lui-même, il doit parasiter un autre végétal qui fait le travail pour lui. L’humain, quant à lui, est parasité par le Double, qui s’attache à l’embryon humain et le tourmente afin de se nourrir de l’énergie émotionnelle (astrale) générée par l’incertitude et l’anxiété.
8   Genèse, 6 : 1-4. De cette union naquirent des géants qui séduisirent les Atlantes, les menant à leur perte.
9   L’égorgement des bébés de Lilith signifie que les formes-pensées astrales issues de la sexualité pervertie ne peuvent porter l’Ego et deviennent des êtres astraux sans Ego, des démons appelés Asuras. Ceux-ci menacent l’unité même de l’Ego en le soumettant à l’esclavage des instincts inférieurs. « Le sommeil de la raison engendre des monstres » (Goya). Or la « fornication avec la matière » n’est pas nécessairement de nature sexuelle, elle consiste d’abord à vivre et à penser de façon matérialiste : croire que « la sexualité explique tout » ou vivre sa sexualité – le réchauffement du sang – à travers le nationalisme, le chauvinisme, le fanatisme, l’esprit partisan. Dans l’Apocalypse, la Grande Prostituée de Babylone fait couler le sang des saints ; de même, le sensuel fait couler le sang du spirituel.
10   Pour les gnostiques chrétiens, Sophia est le seul aspect de Dieu accessible à l’homme. Elle est Sagesse et purification (catharsis) de l’Astral, comme l’Esprit Saint est le salut de Lucifer (corrupteur de l’Astral). La perte  tragique d’Isis-Sophia (Perséphone, l’âme humaine) aux mains de Lucifer signifie que l’abstraction luciférienne (notamment astronomique et théologique) nous empêche de voir Isis-Sophia, la Reine du Ciel, dans les étoiles.
11   Le Jardin n’est pas l’Éden, il est l’antichambre préparatoire à l’Éden. L’Éden est le Paradis.
12   Selon Légende rosicrucienne du Temple, Adam et Ève furent créés par l’Éloha Yahvé selon sa propre image bisexuée. Caïn, le rejeton de Lucifer et Ève, représente le masculin, et Abel,  fils d’Adam et Ève, représente le féminin. Caïn tuant Abel signifie que l’intellect étouffa l’intuition profonde, féminine. La séparation des sexes apparut avec Seth, qui remplaça Abel. Dans le futur, la race d’Abel-Seth développera les qualités caïnites, lucifériennes, de l’enthousiasme, alors que la race de Caïn, enflammée de désirs, acquerra la sagesse caractéristique de la race d’Abel-Seth. Selon la même Légende, l’architecte du Temple de Salomon, Hiram, descendant (et réincarnation) de Caïn, prédit, avant de mourir assassiné par trois mauvais apprentis à qui il refusa de révéler ses secrets maçonniques, qu’un de ses descendants terminerait son chef-d’œuvre, restaurant le Temple et sa mer de fonte (1 Rois, 7 :23),  qui représentent, comme le Sceau de Salomon, l’union du feu de Caïn et de l’eau d’Abel-Seth.
13   L’Éloha Yahvé était le Dieu du Peuple Élu, du sang Hébreu. Pour préparer l’incarnation du Christ dans la lignée de David, Michaël, a veillé sur elle en tant qu’émissaire de Yahvé. D’Archange des Hébreux, Michaël a progressé au rang d’Archée du temps (1879 à 2300). Comme l’ombre portée de Michaël, Mammon (Ahriman), dieu du matérialisme, règne sur les mondes inférieurs en même temps que lui. Gardien de la Pensée cosmique, Michaël veille à ce que la pensée humaine trouve sa voie vers la science spirituelle en toute liberté, par son propre effort.
14   « Je ne suis pas venu porter la paix  mais le glaive » (Mt. 10 : 34).  « Pensez-vous que je sois venu apporter la paix sur la terre. Non, vous dis-je, mais la division. Car désormais s’il y a cinq dans une maison, elles seront divisés : trois contre deux, et deux contre trois » (Luc 12 : 51). « Quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère et ma sœur et ma mère » (Mt, 12 :50).
15   Jean-Baptiste traitait de « bande de vipères » (Luc, 3 :7 ; Mt. 3 :7) les païens qui adoraient les astres, le monde extraterrestre, à travers le culte du Serpent.
16   L’Incarnation du Christ agissant tel un pivot, un axe de réflexion dans l’évolution historique, l’époque actuelle (1413-3574) reçoit les Imaginations, christiques ou matérialistes, des Anges de l’époque Égypto-chaldéenne.
17   Isis mère d’Horus, EA (SophEA : Sophia) mère de Marduk (Michaël), Ishtar mère d’Ishkur-Yahvé, Sémiramis mère de Tammuz, Astarté-Innana épouse de Baal, Athéna, etc., sont associées à Vénus et à la Lune.
18   Steiner dit s’être servi de la Théosophie comme d’une estrade pour rendre compte de ses propres recherches. Il reconnaissait volontiers qu’à ses débuts la Théosophie était inspirée par de grands maîtres rosicruciens. Il prit la direction de la branche allemande occidentale de la Théosophie avant de s’en dissocier en raison d’un différend avec Annie Besant, leader de la branche orientale, qui prenait Krishnamurti pour le Christ réincarné.    
19   En perçant le flanc du Christ en croix avec cette Lance, le soldat romain compatissant Longinus permit la réalisation de la prophétie messianique voulant qu’ « aucun des ses os ne soit brisé ».
20   Parce que l’Astral a été infecté par Lucifer et que l’Ego est (comme le Christ) maître des éléments, l’homme entraîne dans sa chute les Élémentaux (Etres Éthériques) et l’environnement.
21   L’utilisation des forces spirituelles pour des fins égoïstes est le commencement de la  magie noire.
22   Aleister Crowley fonda en 1920 au même endroit son centre de magie noire/sexuelle, l’Abbaye de Thélème.
23    Le Double éthérique est un être ahrimanien, méphistophélique, lié aux influx nerveux, à l’électricité et au magnétisme terrestre. Il se tient sur le seuil de l’inconscient, bloquant l’accès aux mondes spirituels tel un « Gardien du Seuil » et se charge que des coups du destin nous frappent, du moins, tant qu’on ne l’a pas confronté et qu’on n’a pas pris en main nos responsabilités karmiques. On ne s’en libère qu’en prenant la responsabilité de le transformer.
24   Évangile de Luc, 23 : 42.
25   Épître de Paul aux Galates, 2 : 20.

Pour en savoir plus…
STEINER, Rudolf (écrits et recueils de conférences)
2001   The Holy Grail: selections from the works of Rudolf Steiner
2001   The Goddess: selections from the works of Rudolf Steiner
1919   Lucifer et Ahriman
1910   La Science de l’Occulte
1909   The Deed of Christ and the Opposing Spiritual Powers: Lucifer, Ahriman,
Mephistopheles, Asuras
1906   The Temple Legend: Freemasonry and related occult movements
1905   The Occult Movement of the Nineteenth Century
1904   Mythes et légendes et leurs vérités occultes
1904   Cosmic Memory

NESFIELD-COOKSON, Bernard
1998   Michael and the Two-Horned Beast: the challenge of evil today in the light on Rudolf Steiner’s science of the spirit.

PROKOFIEFF, Sergei O.
1993   The East in the Light of the West. Two Eastern Streams of the Twentieth Century in the Light of Christian Esotericism. Part 1: Agni Yoga.

SEASE, Virginia et Manfred SCHMIDT-BRABANT
2003   Paths of the Christian Mysteries: From Compostela to the new world.
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #1 le: 22 Octobre 2006 - 21:38:24 » par Invité
Ce qu'écrit Druid concernant Lucifer, Arhiman, Asuras et Soradt est très intéressant. Druid possède une bonne connaissance de l'Anthroposophie et je m'en réjouit. J'aimerais ajouter sur ce sujet une remarque suite à la lecture du livre (Non traduit en français que je viens de lire) "Vorträge und kurse über Christlich-Religiöses wirken" où Steiner indique précisément la date 3*666 = 1998 comme une date importante pour l'action des forces ahrimanienne sur terre. Il est certains que les évènements qui nous attendent en entre 2020 et 2040 seront difficiles à vivre. A ce sujet il est intéressant de lire les écrits concernant Gurdjieff. Ces écrits parlent en fait de la mécanicité de l'homme, du fait que l'homme est endomi et qu'il ne peut rien faire. Gurdjieff décrit l'être humain avec une vision toute arhimanienne des forces qui l'habitent (Essence - personnalité - centre moteur, etc..). Il est intéressant d'étudier un peu ces écrits par le biais d'Ouspensky. Mais bon Gurdjieff (après Crowley vers les années 50-60) et à la mode en ce moment et on en parlera plus tard sous d'autres aspects plus négatifs. Une "problématique" que j'évoquerai peut-être sur ce site en rapport avec les sujets concernant l'incarnation d'ahriman...
J'aurais bien voulu savoir ce que Druid pense à propos de Gurdjieff ...
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #2 le: 29 Novembre 2006 - 20:23:09 » par Invité
Je ne connais pas bcp Gurdjieff mais ce que je sais de lui est suffisant pour m'en donner une très mauvaise impression. Ce qu'Il dit fait sens la plupart du temps, mais bcp de gens se sont suicidé dans ses 'camps de travail' et l'ambiance générale qui émane de lui est très 'sagesse luciférienne du Passé', très Gourou, manque total d'Amour (au sens chrétien), pase complètement à côté du message et de l'Etre du Christ, etc. Mais il faut que j'admette qu'il a une meilleure compréhension de la psychologie que moi, ça c'est certain...
Ceux que je connais qui lisent Gurdjieff lui préfèrent Mouravieff. Je peux vous mettre en contact avec quelqu'un qui connaît relativement bien l'anthroposophie ET qui connaît pas mal Gurdjieff aussi. Moi je n'ai lu que Fragments d'un enseignement inconnu de Ouspensky et un livre comparant la démarche de Gurdjieff au bouddhisme Zen.  Je suis d'accor avec Grudjieff qu'on est très mécanisém encroûté dans nos habitudes et cela nous affecte jusque dans le corps éthérique, notre corps de vie, qui est lié à notre pensée. Alors plus on a une pensée mécanique alourdie par les habitudes mécaniques, plus on mécanise le corps éthérique (corps de vie) et plus o se coupe d'une saine communication avec les mondes spirituels. On devient bouché. Gurdjief voulait déboucher les gens, avec les ancienne stechniques yogiques. Je ne dis pas que ces techniques ne fonctionnent pas, je dis qu'elles ne conviennent pas à l'homme moderne, tout comme la voie Gurdjieffienne qui nous lie encore au 'gourouisme' du passé. Un danger semblable menace ceux qui considèrent Steiner comme un gourou, même si lui même insistait qu'il fallait fonder sa démarche spirituelle sur un penser libre et complètement autonome, puisque la relation au spirituel est complètement directement individuelle.

Bien à vous,

Druid
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #3 le: 30 Novembre 2006 - 22:33:08 » par Invité
J'aime bien l'expression 'camp de travail' que vous attribuez aux groupes Gurdjieff. Le livre d'ouspensky : 'In search of Miraculous' révèle une conception de l'homme qui est la suivante : l'homme est composé d'une essence et d'une personnalité, l'homme ne peut rien faire seul, il n'est pas éveillé, il a besoin d'une aide, celle d'un Maître. Actuellement de nombreux groupes de la quatrième voie (groupes Gourdjieff, P. Ouspensky et M. Nicolle) pullulent et florissent un peu plus dans le monde : c'est un effet de mode. En fait la conception de l'homme représenté par Gurdjieff est matérialiste (ahrimanienne suivant Steiner). Gurdieff considérait l'essence (pas comme une partie spirituelle) de l'homme comme faisant partie intégrante de la machine qu'il est en réalité. De plus Ouspensky dans son premier livre 'Tertium Organum' emprunte énormément à la théosophie (Leadbeater par exemple) et à la conception d'une quatrième dimension un peu mathématique, ce qui l'a amené à se perdre dans la récurrence (retour du même) et à écrie sur les Hydrogènes etc...
Les pratiques de Gurdjieff tuent le penser en l'homme et ne permettent pas d'acquérir l'acte de penser de manière vivante tel que le décrit Rudolf Steiner dans sa 'Philosophie der Freiheit'. Bien sûr l'observation de soi peut-être utile dans la psychologie mais cela n'est qu'un premier pas vers un chemin, tel que le préconise l'enseignement de la quatrème voie, qui peut entraîner la sclérose. Voir par exemple les fameux mouvements de Gurdjieff à la fin du film sur Gurdjieff par Peter Brook : ces mouvements sacrée sont saccadés, bien régulés, les danseurs ressemblent à des marionnetes sans âmes... rien à voir avec l'eurytmie. Mais bon lorsque cet effet de mode sera passé, les gens comprendrons ce qu'est réellement l'ennéagramme : un symbole qui emprisonne l'homme dans la mécanicité. Comme le disait le philosophe saint martin : L'homme ne peut se sauver qu'en allant du 9 au 4 et non 'en restant dans le 9'.
On pourrait en dire encore beaucoup sur Gurdjieff...

Avec mes respects.

Hire
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #4 le: 02 Décembre 2006 - 06:43:26 » par Invité
Bonjour Hire,

je suis bien heureux qu'on se rencontre virtuellement,; je sens que nous avons des affinités certaines au niveau de la pensée.

Si vous avez des sujets de discussion précis à proposer, ou des écrits de vous ou de quelqu'un d'autre à partager, je suis preneur.

Bien à vous,

druid

(Je copie en bas un article que je viens d'écrire pour une revue qu'on a fondé des amis et moi. C'est un brouillon. Si vous avez quelque article à soumettre, faites-le moi lire.

-----

Les yeux grands ouverts


La gravité de la situation mondiale actuelle a de quoi effrayer les plus endurcis. Pour se prémunir contre le sentiment de désespoir et d’impuissance que provoque le constat de la gravité de la situation, nombreux sont ceux qui optent pour l’ignorance délibérée. Comme on dit : « ce qu’on ne sait pas ne nous fait pas mal ».

Je ne suis pas de cet avis. Je suis même porté en sens inverse en réaction contre ce désistement, mû par un désir de mieux comprendre la situation globale mondiale sous toutes ses coutures, même sous ses aspects les plus ténébreux, et ce malgré la terreur et la paranoïa qui en résultent.  

Il va sans dire que cette voie est hasardeuse et que la menace du déséquilibre nous guette à chaque instant. Mais n’est-ce pas cela évoluer?  Compromettre son immobilisme, choisir le ‘beau risque’ de voir son univers s’effondrer sous le poids d’une vérité implacable, aller aux devants de l’inconnu, suspendu au dessus du vide, tendu de toute cette énergie portée par le stress de devoir toujours tout recréer à neuf à tout moment? N’est-ce pas l’exercice sans relâche de sa créativité et de sa liberté qui permet d’avancer sur le fil de fer de l’évolution?

L’état actuel des choses impose aussi d’avoir le courage de la vérité car la vérité se dévoile au grand jour, sous nos yeux, inexorablement. L’humanité globale se tient sur le Seuil du spirituel et c’est la panique, l’angoisse totale car la lumière est faite sur son Ombre collective. Sommes-nous prêts à relever le défi et à nous soumettre à un examen attentif et objectivement moral sur soi-même et le monde?

Le temps présent nous impose un test de courage et de force morale. Nous avons tous à passer ce test, à ‘passer à la caisse’, à rendre des comptes ‘karmiques’ diront les spiritualistes, autant comme individu que comme communauté d’appartenance, société, peuple et espèce humaine.



Le centre caché et l’opposition-complice

Le but de cet article n'est pas de convaincre preuve à l'appui mais de synthétiser en quelques lignes directrices le fruit de mes récentes recherches et surtout susciter la réflexion.  C'est pourquoi je ne cite que peu ou pas de références.

Il est maintenant démontré que George W. Bush et John Kerry, les candidats républicains et démocrates de la dernière course à la présidence américaine, sont membres de l’ultime confrérie du campus de l’université de Yale : la loge franc-maçonnique des Skulls and Bones. Cela amène à se demander si les élections américaines ne sont pas truquées de façon à n’offrir qu’un faux choix entre deux opposés qui en réalité ne mènent concrètement qu’au même résultat.

De même, on sait maintenant que de nombreux importants corporatistes et banquiers de l’histoire du XXe siècle étaient des lecteurs assidus du Das Kapital de Karl Marx. De nombreux grands capitalistes étaient en réalité des ‘communistes de placard’ ou ‘crypto-communistes’ pour emprunter le jargon usuel des théoriciens du complot.

Pis encore, on sait que les membres du gouvernement de la révolution bolchevique en Russie étaient majoritairement des Juifs et que les fonds ayant permis la révolution venaient des mêmes grands financiers banquiers et corporatistes qui gouvernent l’économie de l’Ouest, révèle Anthony Sutton en 1973. Même chose pour le financement du gouvernement nazi : Hitler était financé par Wall Street, démontre Sutton. Ces mêmes groupes financiers ont établi la Réserve Fédérale américaine (qui est en réalité non pas fédérale mais possédée par des intérêts privés!) et le Council on Foreign Relations, la Commission Trilatérale, les Bilderbergers, etc.  Les grandes organisations économiques mondiales telles que le Fond Monétaire International, la Banque Mondiale, etc., des instituts comme Le Club de Rome, des universités prestigieuses telles que Yale, Georgetown aux États-Unis et Oxford en Grande-Bretagne, ont été fondés à la suite des initiatives de riches idéalistes tels que Cecil Rhodes dans la seconde moitié du XIXe siècle, au Royaume-Uni. On doit à Rhodes la fondation de la Table Ronde, une organisation qui, des dires du fondateur lui-même, s’inspire ouvertement de l’Ordre des Jésuites et de la Franc-maçonnerie. Ses ‘missionnaires’ sont amenés à devenir de véritables missionnaires de l’anglo-américanisme et son modèle néo-libéral à travers le monde. Ils tiennent un discours parfois cosmopolitiste et internationaliste pour abolir les frontières des États (provoquant ainsi par contrecoup la furie des nationalismes locaux et des sociétés à prédominance traditionnelle). D’autres fois, à l’inverse, leur discours est profondément nationaliste américain… ou israélien!

Le pan-américanisme, de profession de foi sioniste et imprégné de d’une mystique de Table Ronde chevaleresque franc-maçonnique, est le nouvel empire romain, réalisant le fantasme nazi, la restauration le Saint Empire Romain Germanique.

Mais pour que se transmette le flambeau de la Pax Romana à la Pax Brittanica à la Pax Americana, il aura fallu passer par les ‘échecs calculés’ de la Pax Sovietica et de la Pax Germanica. Hitler disait lui-même qu’il ne croyait pas un mot de sa propagande anti-communiste mais qu celle-ci était nécessaire afin obtenir l’appui des Allemands.  Et sans le nazisme, l’appui international nécessaire pour la création de l’État d’Israël aurait fait défaut. Selon l’idéologue du sionisme Theodor Herzl lui-même, l’antisémite est le meilleur ami de la cause sioniste.


Bush et les nazis

La CIA a été fondée en collaboration avec des nazis transférés en Amérique. Prescott Bush a été le banquier secret de Hitler. La famille Bush a collaboré avec les nazis. George Bush père, ex-directeur de la CIA, a participé au complot visant à faire assassiner John F. Kennedy.  La connexion Bush-nazis est officiellement démontrée. Des écrivains et journalistes qui ayant révélé ces secrets classés ‘secret défense’ ont été assassinés ou traduits en justice, et ce malgré le poids des preuves.


Derrière le 9/11 : Israël et le Sionisme?

La CIA et tous les services secrets de l’Ouest sont coordonnés ensemble. Il semble que de nombreux chercheurs indépendants de la grande communauté des médias alternatifs ont démontré le rôle prépondérant du Mossad dans le terrorisme global. Le Mossad est le nom donné aux services secrets israéliens, dont le slogan est ‘ By Use Of Deception Thou Shalt Do War’ – ‘Par la tricherie tu feras la guerre’. Des cellules du Mossad se cachent derrière de fausses compagnies mobiles (qui déménagent constamment), telles que Comverse et Amdocs. Les liens entre les terroristes du 9/11 et le Mossad israélien sont démontrés mais classées secret défense. On sait que les agents du Mossad avaient loué un appartement à Hollywood Floride, près de celui de Mohammed Atta, le prétendu leader de la cellule Al-Quaeda. Toutefois il s’agirait d’un cas de vol d’identité, car le vrai Mohammed Atta est toujours en vie et en bonne santé, ainsi que six autres des prétendus terroristes du 9/11! En tout, suite aux attentats du 9/11, plus de soixante Israéliens et agents du Mossad ont été arrêtés en sol américain, emprisonnés et torturés, et relâchés, sans qu’aucun média n’en fassent mention.  Ne comptez pas sur eux pour vous en informer : leurs propriétaires favorisent tous Israël. On est en droit de les qualifier de sionistes.

Et les tours du WTC ont-elles pu s’effondrer sous la chaleur du carburant inflammable? Non. Les immenses explosions sur le sommet des deux tours ne sont en aucun cas redevables au carburant, car celui-ci avait depuis longtemps cessé de brûler. Des photos ont permis de constater que des survivants se tenaient autour du cratère creusé par les avions. Comment auraient-ils pu se tenir là si la chaleur était si intense qu’elle a fait fondre des piliers centraux parmi les plus solides du monde, par ailleurs conçus exprès pour recevoir un impact de boeing? Dans les images des effondrements, on peut clairement remarquer les mini-explosions symchronisées qui ont causé l’effondrement parfaitement symétrique - donc contrôlé - de chacune des deux tours. Des images montrent du métal en fusion s’écouler par les côtés d’une des tours, ce qui selon le professeur Steven E.Jones témoigne de l’utilisation de thermite, qui permet de littéralement couper dans de l’acier comme dans du beurre.   D’autres checheurs, comme un finnois anonyme ont indiqué la ressemblance frappante entre les explosions au sommet des deux tours et des photos d’explosions thermonucléaires dans le désert.

 Le propriétaire légal des trois tours effondrées du WTC, Larry Silverstein (Juif et sioniste), a récolté de fortes sommes d’argent des assurances suites aux attentats. Je dis bien trois tours effondrées : avez-vous remarqué que la tour WTC7, où de petits incendies  s’est écroulée comme un château de carte sans qu’aucun avion ne s’y écrase? C’est Larry Silverstein lui-même qui dans un documentaire de PBS révèle qu’il a fait démolir (‘pull’) le bâtiment (‘pull it’ est un jargon signifiant la démolition contrôlée) parce que le bâtiment était déjà sévèrement endommagé et parce que le feu menaçait de poursuivre se ravages. Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre… Et le vol 93? On n’a jamais retrouvé un seul traître petit morceau de cet avion : qu’un gigantesque cratère, vraisemblablement créé par un missile quelconque. Et les appels de passagers luttant contre les terroristes dans le vol 93? Il est scientifiquement impossible que le téléphone cellulaire à quelque mille mètres d’altitude puisse fonctionner.  Et l’avion du Pentagone? Les images révélées dans le smédias permettent-elles de clairement voir un avion percuter le pentagone? On voit plutôt une sorte de missile raser le sol sans laisser une seule égratignure sur le gazon et exploser dans un flash. Le trou dans la paroi extérieure du pentagone est minuscule et les seuls morceaux trouvés sont des petits morceaux de tôle légère, un mini-réacteur au moins quatre fois plus petit qu’un réacteur de boeing 757, et une grosse pièce centrale qui a été recouverte d’une toile et apportée on ne sait où. Les chiens sur place n’ont flairé aucun reste humain. Aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone, c’était autre chose…


L’opposition altermondialiste et anti-sioniste : une autre opposition factice?

Le président du Venezuela Hugo Chavez et le président de l’Iran Ahmadinejad dénoncent vertement les mensonges et les crimes de guerre commis par Israël, les États-Unis et la Grande-Bretagne. Chavez appuie la théorie du complot intérieur du 9/11 selon laquelle le gouvernement américain a orchestré ou à tout le moins prêté le flanc hypocritement aux attaques terroristes du 9/11. Ahmadinejad décrie la menace du gouvernement israélien sioniste et l’ethnocide des arabo-musulmans. Ce sont là des vérités étonnamment justes, d’autant plus qu’elles viennent de la bouche de présidents étatiques!

Mais si l’on considère l’hypothèse selon laquelle toute opposition finit toujours par tomber sous le contrôle du ‘centre’ qui la manipule, on peut se demander raisonnablement si Chavez et Ahmadinejad ne servent pas un agenda global plus vaste en tant que ‘parti officiel de l’opposition’ contre l’Ouest impérial néo-libéral et, de surcroît, sioniste.  Je ne me prononce pas définitivement à ce sujet, je veux simplement susciter le doute raisonnable et la réflexion.
 

Voilà qui nous met sur la piste du légendaire complot sioniste ‘judéo-maçonnique'

Or ce n’est pas vraiment là que je veux amener votre attention. Le document des Protocoles des Sages de Sion fut tellement propagé, à un point que ç’en est carrément louche.

Il faut leur accorder toutefois le pouvoir d’éclairer de façon précise et très juste le déroulement de l’histoire du XXe siècle. Ce document se révèle donc ainsi soit prophétique, soit comme étant l’agenda qu’on suivit les ‘conspirateurs’. Le document met le doigt sur le contrôle de la franc-maçonnerie et du Sionisme en politique, le contrôle de l’argent par de riches Juifs internationaux, etc. Mais le complot ultime est-il vraiment ‘judéo-maçonnique’?

Ce document a de toute évidence été écrit et diffusé afin de concentrer le blâme aux Juifs et aux francs-maçons, car peut-on croire que les ‘conspirateurs’ se dénonceraient ainsi eux-mêmes noir sur blanc dans un document facilement accessible à tous? Réfléchissez à ceci : qui peut bien profiter du fait qu’on blâme les juifs et les Francs-maçons, détournant ainsi l’attention public loin de soi? Ou, comme on devrait toujours se demander lorsqu’un événement important se produit : ‘Qui Bono’, c’est-à-dire, ‘qui bénéficie’? Qui a toujours fait paraître les Juifs comme les meurtriers du Christ? Qui a toujours haï les Francs-maçons?

Les Jésuites. Selon Rudolf Steiner, voyant et scientifique, philosophe et guide spirituel, l’influence des Jésuites agit très en amont des complots contre l’évolution spirituelle de l’humanité, en plus des assassinats de personnalités politiques, de rois, de tsars, etc. L’Ordre de la Société de Jésus a été fondé par Saint Ignace de Loyola en 1540 comme une véritable armée de soldats voués corps et âme au service de l'empire de l'Église catholique. Jésuites et francs-maçons sont des ennemis jurés, mais en coulisses, de l’autre côté du rideau, dans les plus hauts niveaux Jésuites et Maçonniques, les dirigeants occultes collaborent amicalement et s’assoient à la même table. Paradoxe : les Jésuites étaient fermement anti-anthroposophie (comme ils sont anti-maçonnerie), or Steiner serait la réincarnation de Thomas d'Aquin, qui fut probablement le plus influent philosophe chrétien de l’Église catholique! Ce sont vraisemblablement ces ennemis de la Gnose que sont les Jésuites - ou bien peut-être des nazis - ont empoisonné Steiner.
 
On sait que les Jésuites dominent le Vatican et non l’inverse, et que le Vatican a ouvertement soutenu la montée du nazisme, et ce jusqu’à sa fin. Les rapports cordiaux du Vatican avec des groupes extrémistes musulmans tels que le Hamas et le Hezbollah (qui a d’ailleurs été photographié en train d’exécuter le salut nazi) sont solidement documentés. Et le Pape critique l’Islam fanatique déclenchant la colère des nations arabo-musulmanes à travers le monde? En portant notre regard sur ce fait à la lumière du principe de ‘l’opposition complice’, il est fort à parier qu'il ne s'agit encore une fois que d'une opposition factice plus ou moins consciente ou inconsciente, orchestrée par un centre unique caché.
 

Au-delà de l'opposition temporelle: une guerre au sein de l'âme humaine
 
Le philosophe et guide spirituel Rudolf Steiner a pris l’initiative de fonder l'anthroposophie afin de donner à tout un chacun les bases de la démarche spirituelle fondamentale à l’être humain, de même que les moyens d’acquérir la connaissance des mondes spirituels, sur une base individuelle, directe et libre, en dehors de toute dépendance à une tradition ou idéologie. Cette voie, Steiner la décrit par le terme 'goethéanisme', comme une philosophie de la science et une science du spirituel devant amener l'esprit de l'homme à rencontrer l'esprit dans l'univers.
 
L’ennemi juré de l'évolution spirituelle de l'humanité ne se trouve pas incarné dans un groupe de conspirateurs identifiables, il se trouve ‘dans les cieux’, comme le suggèrent les épîtres de Paul. L’Adversaire est nul autre que Lucifer ange déchu, Satan dieu de la mort et de la matière, et enfin le Démon Solaire, la Bête 666, l’apogée totale de l’échec spirituel et de la rébellion contre Dieu.  

Ces êtres bénéficient d'une mainmise incommensurable sur le monde de la matière et d’un pouvoir immense sur quantité de subalternes invisibles intimement liés à notre animalité et notre intellectualité.  Ils ont été jetés des cieux et combattent maintenant dans nos têtes! Ainsi le dicton : « là à il y a de l’homme il y a de l’hommerie »… et partout où il y a de l’hommerie, il y a le Dragon! Ces êtres spirituels déchus ont pris la seule forme animale inexistante dans la nature : celle du dragon. Ils se manifestent à travers les forces météorologiques, tectoniques, volcaniques, séismiques, géographiques (certaines aires géographiques ‘dégagent’ une ambiance plus ou moins lumineuse ou ténébreuse, selon la qualité antipathique ou sympathique des esprits de la nature qui l’habitent), mais dans notre monde moderne, leur lieu de prédilection est l’inconscient instinctif et l’intellect humain, en particulier chez les criminels mais surtout chez les puissants de ce monde, l’élite carnassière et conspiratrice et sa machine étatique et économique et culturelle déshumanisante.  Les individus qui réussissent à se hisser dans les postes les plus dominants n’y arrivent pas nécessairement par leur talent inouï, mais par une certaine prédisposition de leur subconscient à recevoir des inspirations d’êtres spirituels de nature démoniaque, prédisposition exacerbée par les rites cérémoniels auxquels ils se prêtent volontiers.  Alors qu’un individu dit ‘normal’ soupèserait moralement ses actions, un individu ‘inspiré’ de la sorte aura tendance à laisser ses décisions instinctivement, subconsciemment dictées par ces êtres qui stimulent l’intellect et font de lui un être astucieux, rusé, prompt à la corruption, au mensonge, au meurtre, voire même à ordonner de sans froid des massacres systématiques ou plus ou moins indirects, comme le fait en ce moment en toute impunité la grande machine de la mondialisation néo-libérale transformant la planète en une immense prison-usine, camp de travail sous l’œil agile du panopticon paranoïaque des gouvernements.

 
Pas nés de la dernière pluie
 
Les Atlantes ont été séduits par ces anges déchus, causant ainsi leur propre perte. Les traditions de magie noire se sont perpétuées au-delà de ce continent disparu et leu première renaissance est l’ancienne Babylone, gouvernée par Nemrod et Sémiramis. Des peuplades retardées possédant encore des forces ataviques de l’ancienne Atlantide ont fait des ravages dans les premières civilisations qui tentaient d’émerger et de progresser.  

Les traditions des Mystères ont été enseignées et transmises à l’humanité, lui permettant de se souvenir des mondes spirituels (Gnose sagesse), de prendre pied dans le monde (philosophie et autonomie de la pensée) et finalement de se tourner vers le Christ (amour et sacrifice de soi) par la connaissance des forces cosmiques qui régissent le monde et l’homme de même que des êtres spirituels qui ont régit le développement de l’humanité de la dépendance à l’autonomie.

Au même titre que les traditions spirituelles christiques authentiquement inspirées d’en haut, une initiation à des Mystères en tout point inverse et opposée à la voie christique, unissant les nombreuses traditions de magie noire sous l’égide de la Bête Solaire (666), s’est perpétuée parallèlement depuis les cinq derniers siècles, dans une école souterraine, dans l’inframonde subtil et ténébreux, l’ombre projetée de la terre qui se trouve immédiatement sous la croûte terrestre.

Au cours des cinquante dernières années, le matérialisme et la science moderne ont gagné du terrain sur notre mode de vie à un rythme exponentiel. Nous croyions naïvement qu’il en résulterait le paradis sur terre et l’aisance matérielle, or tout le monde peut voir que la civilisation est littéralement au bord du gouffre.

En plus des structures politico-économique qui écrasent l’être humain, la médecine elle-même, avec son arsenal de poisons synthétique, de même que l’éducation, qui évite soigneusement de faire des humains des êtres vraiment humains, ont été à ce point déviés de leur but spirituel qu’ils en sont même devenus les principaux outils anti-humanistes de l’Adversaire.

Dans cette grande séduction de l’humanité par la technique, la grande école satanique souterraine et les êtres spirituels déchus avec lesquels elle collabore ne sont pas innocents.

Cette école souterraine, armée de ses hordes d’êtres spirituels déchus et des formes pensées obscurcissantes et durcissantes émanant de ses rites cérémoniels, conjure depuis plus d’un siècle tout un monde de spectres et d’ovnis, d’êtres bizarroïdes et manipulateurs, pour tromper l’humanité à grande échelle. Tous ensemble ils préparent l’incarnation de Satan dans un corps humain. Autant le Nouvel Age que les vieilles religions et traditions, autant le gouvernement occulte mondial que les États et les nationalisme réactionnaires, autant le sionisme et le pan-américanisme que leur opposé arabomusulman anti-sioniste (voire terroriste) ou résistant antimondialisation, autant les républicains que les démocrates, autant la Gauche que la Droite, sont gouvernés, plus ou moins consciemment ou inconsciemment, par le centre caché qui prépare l’avènement de l’Antéchrist.

Tout cela est amplement documenté et rabâché à satiété sur Internet, à un point tel que l’idée même de complot, de surcroît un complot d’envergure mondial impliquant des sociétés secrètes et des êtres démoniaques servant l’Antéchrist, paraît complètement ridicule lorsque discutée ouvertement entre individus ‘majeurs et vaccinés’. Cela aussi est calculé : le mensonge est tellement immense que personne ne veut y croire, sauf les paranoïaques (et les veilleurs!).

 
Pourquoi tout ce mal?
 
Au début du Livre de Job, Dieu accorde au Diable la permission d’aller tenter Job le pieux pour le tester. De même, au début du premier Faust, Dieu accorde au Diable la permission d’aller tester sa force morale.

Le mal est en quelque sorte une nécessité de l’évolution humaine, prévue dans le ‘plan divin’. Pour devenir plus fort il faut savoir porter un poids plus lourd. Il faut un jour avoir entre les mains le savoir technique pour apprendre à le diriger avec sagesse, il fut avoir la possibilité de l’erreur pour devenir des êtres moraux, autrement on resterait niais et ignorant et notre moralité ne serait pas libre, elle serait très limitée, incomplète, imparfaite. Je caricature, mais c’est là une grande vérité à saisir : le mal est une ‘nécessité de fer’ dans l’évolution humaine. Bien sûr ce serait une grave erreur que de détourner cette logique pour justifier ce qui est répréhensible.
Quelle ouverture?
 
Le Nouvel Homme, qui sera un redevenu un Enfant aux yeux du Christ (à ne pas confondre avec le Jésus historique, ‘roi du monde’ luciférien fantasmé par les Jésuites, ou ‘le petit Jésus’ manufacturé par l’Église catholique), devra traverser les plus éprouvantes souffrances avant de pouvoir réaliser sa destinée ultime : s’approprier le monde matériel corrompu, l’humanité incluse, dans son for intérieur spirituel et le digérer, de sorte qu’il se sublime à l’état de pure lumière. Ceux qui n’auront pu faire germer en eux-mêmes ce corps de résurrection lumineux et immortel (immortalité dont les loges se fabriquent une contrefaçon à travers leurs cérémonies magiques), préférant les jouissances terrestres ou pseudo-spirituelles, refusant l’effort et l’amour, se verront refuser l’accès à la nouvelle Terre devenue Soleil irradiant. Écrasés sous le pied de l’Homme Nouveau, laissés pour compte sur la terre morte, le Serpent et la Lune ainsi que tous ceux qui les auront suivi subiront le pire sort qui soit réservé à l’individualité humaine : la seconde mort, la désintégration totale du noyau spirituel indestructible, nous dit la très profondément spirituelle Apocalypse de Jean.*
 
*Ne pas prendre au pied de la lettre cette 'Apocalypse', car le terme signifie non pas Fin du Monde ni Fin des Temps mais 'Révélation', au sens de 'révélation visionnaire' du futur, du Royaume à Venir et surtout du dessein (finalité) de la création et de l'être humain, qui relève des mondes supérieurs, spirituels.
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #5 le: 16 Janvier 2007 - 09:05:30 » par Invité
Ouvrir les yeux et nous ouvrir spirituellement il le faut! Et surtout défesons nous de la ''GRANDE TOILE''! Le temps de lucifer est révolu, mais la machine de guerre lancer par arhiman qui n'est d'autre que la technologie n'en est qu'a sa préhistoire!
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #6 le: 09 Février 2007 - 11:44:05 » par Invité
Bonjour Druid,

Tu as écrit :
Après les périodes cosmiques de l’ancien Saturne, l’ancien Soleil et l’ancienne Lune, vient la Terre. Son développement se divise en sept Grandes Époques : Polaire (-68 707), Hyperboréenne (-53 687), Lémurienne (-38 467), Atlantéenne (-22 347), Post-Atlantéenne (de -10 000 à 8000 de notre ère),

Il est évident que les dates que tu cites ne sont pas correctes. D'après ces dates la Terre (c'est-à-dire le Globe D selon la terminologie utilisée par Steiner (et Blavatsky dans la DS) dans la Chronique de l'Akasha) n'aurait guère plus de 70.000 ans! A ma connaissance, Steiner n'a pas donné ces dates. Mais en outre, Günther Wachsmuth, un collaborateur de Steiner, dans son ouvrage « L'évolution de la Terre » ne donne pas non plus ces dates.
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #7 le: 28 Février 2007 - 00:04:34 » par Invité
Salam!
bonjour druid,
jai trouvé tres interessent tes deux articles, sa date de quelque temps deja mais c´est toujour de lactu, et de plus en plus...j´ai commencé par etudié seul aussi sur c´est évenement bizarre du 9/11, qui mon amené a vouloir étudié sur bocoup d´autre chose, dont une plus que les autre, L´islam! Le 9/11 je pense etai plusieure mission reuni en une seul dont la principal etai de influencé l´Humanité (d´un point de vue négatif) sur leur vision de cette religion!! donc aujourdui la plupart se trouve avec des préjugé sur cette religion qui na rien a voir avec la réalité...
en ce qui concerne notre "amie" ahmadi-najad, je nen suis pa vraiment sur, mais tous me porte a croire que il est du bon coté. Mais Le Tout Puissant est plus sage!! Jetait sans avis sur lui (donc indécie) jusqua que je lise la fameuse letre envoyé au président bush que je vous pouvé lire sur ci-dessou.

il y a tellement de chose qui devrait etre parlé, dans la tradition musulmane(Hadiths) il est dit que ce fameu anti-christ(le dernier) qui est nommé Dajjal(le messie menteur) sera borgne d´un oeil, d´ou l´oeil de la pyramide dans le billet de un dollar... jai entendu dire que la plus grande biblioteque sur terre sur l´islam se trouvais dans les batiments de la CIA, donc je pense que ses "gens" controlé ou guidé par ces force maléfique utilise toute ses connaiscence contre Le Créateur et ceux qui Le suivents, mais tout cela est tres complexe mais jai éspoir que toute la vérité sera bientot révélé a ceux qui mérite de l´entendre!    

Comme le dit tres bien Ahmadi-najad:

         Wa-s-salâm ’alâ man ittaba’-l-hudâ
 [Que la paix soit sur celui qui suivra la voie droite]


                                                                                                            VuV   AkA  I´ssa


"A M. George Bush,
Président des Etats-Unis d’Amérique

Depuis quelque temps, je me demande comment quiconque pourrait-il justifier les contradictions flagrantes qui existent dans l’arène internationale - et qui font l’objet de débats constants, en particulier dans les fora politiques et entre étudiants de nos universités ?

Beaucoup de questions demeurent sans réponse.

C’est ce qui m’amène à discuter certaines de ces contradictions et de ces questions, dans l’espoir que cela puisse apporter une opportunité d’y trouver une solution.

Comment un adepte de Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Lui), le grand Messager de Dieu, peut-il se sentir obligé de respecter les droits de l’ homme, de présenter le libéralisme comme s’il s’agissait d’un modèle de civilisation, annoncer son opposition à la prolifération des armes nucléaires et des armes de destruction massive, de faire de la « guerre contre le terrorisme » son slogan et finalement d’œvrer à l’instauration d’ une communauté internationale unifiée - une communauté que le Christ et les vertueux sur la Terre dirigeront un jour - tout en faisant que des pays sont agressés, les vies, les réputations et les biens des gens détruits, et cela, alors qu’il n’y avait qu’une chance minime d’attendre les. les «  criminels », dans un village, dans une ville, ou dans un convoi. Avec malheureusement - les exemples existent - un village, une ville, ou un convoi (sur une route) entièrement transformés en brasiers. ?

Ou bien, à cause de la possibilité qu’il y ait des armes de destruction massive dans un pays, ce pays est occupé, près de 100 000 personnes tuées, ses sources d’eau, son agriculture et son industrie détruites, près de 180 000 soldats étrangers déployés sur son territoire, le sanctuaire des domiciles privés de ses citoyens violé, et ce pays ramené au bas mot cinquante ans en arrière ?

A quel prix ? Des centaines de milliards de dollars dépensés, ponctionnés dans le trésor d’un pays et de certains autres, et des dizaines de milliers de jeunes hommes et de jeunes femmes - constituant les troupes d’ occupation - exposés au danger, tenus éloignés de leur famille et de leurs êtres chers, leurs mains tachées du sang d’autrui, soumis à une telle pression psychologique que, tous les jours, certains d’entre eux se suicident et que ceux qui retournent chez eux souffrent de dépression, sont maladifs et aux prises de toutes sortes d’affections ; tandis que d’autres se font tuer et qu’on remet leur dépouille à leurs proches.

Au prétexte de l’existence alléguée d’armes de destruction massive, cette immense tragédie en est venue à englober les deux peuples : celui du pays occupé, et celui du pays occupant.

Puis il fut révélé qu’aucune arme de destruction massive ne s’y trouvait, pour commencer. Bien sûr, Saddam était un dictateur criminel. Mais la guerre n’a pas été menée, qui aurait pu le renverser. Le but déclaré de la guerre, c’était de trouver et de détruire des armes de destruction massive introuvables ! Saddam a été renversé au passage, sur la voie d’une autre objectif de guerre. Mais qu’importe : les habitants de la région s’en réjouissent. Je fais observer que tout au long des nombreuses années de sa guerre contre l’Iran, Saddam a été continûment soutenu par l’Occident.

Monsieur le Président, vous le savez sans doute : je suis enseignant. Mes étudiants me demandent comment de tels actes pourraient-ils être mis en cohérence avec les valeurs soulignées au début de cette lettre et se conformer à la tradition de Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Lui), ce Messager de paix et de pardon.

Il y a des prisonniers, à Guantanamo Bay, qui n’ont toujours pas été jugés, qui n’ont pas d’avocat, que leurs familles ne peuvent pas voir et qui sont à l’évidence maintenus en détention dans une terre étrangère, loin de leur propre pays.

Aucune mission de surveillance de leurs conditions (de détention) et de leur sort n’est en place. Personne ne sait quel est leur statut : prisonniers (de droit commun), prisonniers de guerre, prévenus ou condamnés ?

Des enquêteurs européens ont confirmé l’existence de prisons secrètes en Europe, aussi. J’ai eu beau chercher : je n’ai trouvé aucun texte, dans un quelconque système juridique, qui autoriserait l’enlèvement d’une personne, ni que cette personne - homme ou femme - soit retenue dans quelque prison secrète.

A ce sujet, je ne parviens pas à comprendre comment ce genre d’agissement pourrait correspondre aux valeurs soulignées au début de cette lettre, à savoir : les enseignements de Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Lui), les droits de l’Homme et les valeurs humaines.

Les jeunes gens, les étudiants et beaucoup de gens ordinaires se posent beaucoup de questions à propos du phénomène que représente Israël.

Je suis certain que vous êtes familiarisé avec certaines d’entre elles.

Tout au long de l’Histoire, beaucoup de pays ont été occupés, mais je pense que la création d’un nouveau pays, dans lequel on a amené un autre peuple, est un phénomène sans aucun précédent historique.

Mes étudiants me disent que voici soixante ans seulement, ce pays n’existait pas. Ils me montrent de vieux documents et d’anciens globes terrestres et ils me disent qu’ils ont eu beau chercher, ils n’ont pas trouvé de pays appelé «  Israël ».

Je leur conseille d’étudier l’histoire des Première et Seconde Guerres mondiales.

Un de mes étudiants m’a dit qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, qui a causé la mort de plusieurs dizaines de millions de personnes, les informations relatives au conflit étaient rapidement diffusées par les protagonistes.

Chaque pays en conflit vantait ses victoires et célébrait les dernières défaites de ses ennemis sur la ligne de front.

Après la guerre, ces pays prétendirent que six millions de Juifs avaient été tués.

Ces six millions de personnes devaient avoir un lien de parenté avec au minimum deux millions de familles.

Là encore, supposons que ces événements soient authentiques.

Doivent-ils se traduire logiquement par la création de l’Etat d’Israël en plein Moyen-Orient, ou par un soutien à un Etat de ce genre ? Comment ce phénomène peut-il être rationalisé, ou expliqué ? Monsieur le Président, je suis convaincu que vous savez de quelle manière - et à quel prix - Israël a été créé : plusieurs milliers de personnes ont perdu la vie, au cours de ce processus ;
Des millions d’indigènes ont été transformés en réfugiés ;
Des centaines de milliers d’hectares de terres agricoles, d’oliveraies, des villes et des villages ont été détruits ;

Cette tragédie ne se limite pas exclusivement à l’époque de la création d’ Israël ; malheureusement, elle s’est poursuivie, et elle entre actuellement dans sa soixantième année.

Un régime a été instauré, qui ne démontre pas la moindre pitié, même envers des enfants, qui détruit des maisons alors que leurs habitants sont encore à l’intérieur, qui annonce par avance sa liste de personnalités palestiniennes à abattre, ainsi que ses plans à cette fin, et qui détient des milliers de Palestiniens prisonniers dans ses geôles.

Un phénomène tel celui-ci est unique - ou en tous les cas extrêmement rare - dans l’histoire récente.

Une autre grande question que posent les gens, c’est celle de savoir pourquoi ce régime bénéficie-t-il d’un quelconque soutien ? Soutenir un tel régime, est-ce conforme avec les enseignements de Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Lui), ou de Moïse (Que la Paix soit sur Lui), ou encore les valeurs humanistes ? Ou bien devons-nous comprendre que le fait de permettre aux habitants originels de ces terres - à l’intérieur et à l’extérieur de la Palestine (dans la diaspora) - qu’ils soient chrétiens, musulmans ou juifs, de déterminer leur sort irait à l’encontre de la démocratie, des droits de l ’homme et des enseignements des prophètes ? Sinon, pourquoi cette opposition acharnée à tout référendum ? Le gouvernement palestinien, nouvellement élu, vient de prendre ses fonctions.

Tous les observateurs indépendants ont confirmé que ce gouvernement est représentatif de l’électorat.

Mais voilà : d’une manière totalement incroyable, on a placé ce gouvernement élu sous pression, et on lui a fortement « conseillé » de reconnaître le régime israélien, d’abandonner la lutte et de suivre le programme du gouvernement précédent.

Si le gouvernement palestinien actuel s’était présenté sur la plate-forme électorale en question, le peuple palestinien aurait-il voté pour lui ? Encore une fois, une position telle celle-là, prise en opposition au gouvernement palestinien, peut-elle être considérée en adéquation avec les valeurs que j’ai souligné plus haut ? Les gens disent aussi : « Pourquoi toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu condamnant Israël ont-elles fait l’objet d’un veto ? » Monsieur le Président, comme vous le savez certainement, je vis parmi les gens de mon peuple, et je suis constamment en contact avec eux - beaucoup de gens, dans l’ensemble du Moyen-Orient, tiennent à me contacter, également.

Eux non plus, ils ne croient pas à ces politiques douteuses.

Il est de plus en plus évident que les peuples de notre région du monde sont de plus en plus en colère contre ces politiques.

Il n’est pas dans mon intention de multiplier les questions, mais je tiens à faire référence, également, à d’autres points.

Pourquoi toute réalisation technique et scientifique aboutie, au Moyen-Orient, est-elle immédiatement transformée et dépeinte en menace pour l’entité sioniste ? La recherche et développement, en matière scientifique, n’est-elle pas un droit fondamental pour tout pays ?

Vous connaissez bien l’Histoire.

Mis à part le Moyen Âge, à quelle autre époque, dans l’Histoire, le progrès scientifique et technique a-t-il été considéré comme un crime ? La possibilité que des réalisations scientifiques soient utilisées à des fins militaires est-elle une raison suffisante pour s’opposer carrément à la science et à la technologie ? Si une telle assertion est vérifiée, alors toutes les disciplines scientifiques, y compris la physique, la chimie, les mathématiques, la médecine, l’ingénierie, etc. doivent être contrées.

Au sujet de l’Irak, on a raconté des mensonges

Quel en a été le résultat ? Je suis persuadé que dire des mensonges est répréhensible dans n’importe quelle culture, et que vous n’aimeriez pas que l’on vous mente.

Monsieur le Président, les Latino-Américains n’ont-ils pas le droit de se poser la question de savoir pourquoi leurs gouvernements démocratiquement élus sont contrés et les leaders golpistes soutenus ? Ou bien alors, doivent-ils constamment être menacés et vivre dans la peur ? Les peuples d’Afrique sont des gens créatifs et talentueux, qui travaillent très dur.

Ils peuvent un rôle important et précieux dans la satisfaction des besoins de l’humanité, et contribuer à son progrès tant matériel que spirituel.

Mais la pauvreté et les dictatures violentes, dans la majorité des pays africains, empêchent qu’il en soit bien ainsi.

Les Africains ne sont-ils pas fondés à demander pourquoi leurs énormes ressources - notamment minières - sont en train d’être pillées, en dépit du fait qu’ils en ont besoin plus que tout autre peuple ? Là encore, ces agissements correspondent-ils en quoi que ce soit aux enseignements du Christ et aux préceptes des droits de l’homme ? Le peuple courageux et croyant d’Iran se pose lui aussi beaucoup de questions, et il a beaucoup de griefs, dont le coup d’Etat de 1953, qui a entraîné le renversement du gouvernement légal de l’époque, l’opposition à la révolution islamique, la transformation d’une ambassade en un quartier général pour soutenir les activités des contre-révolutionnaires opposés à la Révolution islamique, le soutien apporté à Saddam Hussein durant la guerre qu’il a déclenchée contre l’Iran, un avion civil iranien abattu, tuant tous ses passagers, le gel des avoirs de l’Iran, des menaces croissantes et l’ opposition aux progrès scientifiques et nucléaires de la nation iranienne, et beaucoup d’autres griefs que je n’énoncerai pas ici de manière exhaustive.

Monsieur le Président,

Les événements du 11 septembre furent une horrible catastrophe.

L’assassinat d’innocents est déplorable et horrible, où que ce soit dans le monde.

Notre gouvernement a immédiatement fait connaître son dégoût pour les assassins, et il a offert ses condoléances aux familles endeuillées et exprimé sa commisération et sa sympathie pour les victimes.

Tous les gouvernements ont pour devoir de protéger la vie, les biens et le bien-être de leurs citoyens.

On dit un peu partout que votre gouvernement recourt à des systèmes extensifs de sécurité, de protection et d’espionnage - et même qu’il pourchasse ses opposants à l’étranger.

Le 11 septembre n’a pas été une opération [militaire] comme n’importe quelle autre.

Aurait-elle pu être planifiée et exécutée sans une coordination avec des services de renseignement et de sécurité - ou sans leur infiltration extensive ? Bien entendu, ce n’est là que timide hypothèse, en tout bien tout honneur.

Pourquoi les différents aspects de cette attaque ont-ils été gardés secrets ? Pourquoi ne nous dit-on pas quels sont les responsables qui ont négligé leurs responsabilités ? Et pourquoi les responsables et les coupables ne sont-ils pas identifiés, ni présentés devant un tribunal ? Tous les gouvernement ont le devoir d’assurer à leurs citoyens sécurité et tranquillité d’esprit.

Or, depuis plusieurs années, le peuple de votre pays et les peuples riverains des points troublés de la planète n’ont plus de tranquillité d’esprit.

Après le 11 septembre, au lieu de cicatriser et de soigner les blessures émotionnelles des survivants et du peuple états-unien, immensément traumatisé par les attentats - certains médias occidentaux n’ont fait au contraire qu’intensifier le climat de peur et d’insécurité - certains parlant constamment de la possibilité de nouvelles attaques terroristes, afin de maintenir le peuple dans une peur incessante.

Est-ce rendre là un service au peuple états-unien ? Est-il possible d’estimer les dommages ainsi causés par la peur et la panique ? Les citoyens états-uniens vivent dans la peur constante de nouveaux attentats qui pourraient se produire à tout instant, n’importe où.

Ils se sentent profondément en insécurité dans les rues, sur leur lieu de travail, et même chez eux.

Qui pourrait vivre heureux, dans une telle situation ? Pourquoi les médias, au lieu de donner un sentiment de réconfort et de sécurité, et d’assurer au maximum la tranquillité d’esprit, ont au contraire renforcé le sentiment d’insécurité ? D’aucun pensent que cette paranoïa a pavé la voie - et a été la justification - en vue de l’attaque contre l’Afghanistan.

Encore une fois, le rôle des médias

Dans les chartes déontologiques des professions médiatiques, une diffusion correcte de l’information et une relation honnête des événements sont des préceptes fondamentaux.

J’exprime mon profond regret au sujet du mépris manifesté par certains médias occidentaux pour ces principes.

Le principal prétexte pour attaquer l’Irak fut l’existence, dans ce pays, d’armes de destruction massive.

Cela a été rabâché sans relâche - afin que le public finisse, de guerre lasse, par le croire - et voilà : le terrain était préparé en vue de l’ attaque contre l’Irak.

La vérité ne finira-t-elle pas par être complètement perdue de vue, dans un climat controuvé et entièrement trompeur ? Encore une fois, si on permet que la vérité soit perdue de vue, comment cela peut-il être concilié avec les valeurs rappelées plus haut ? La vérité est-elle perdue dans les sables, y compris pour le Tout-Puissant ? Monsieur le Président, dans la plupart des pays, dans le monde entier, les citoyens pourvoient aux dépenses des gouvernements afin que leurs gouvernements, en retour, soient en mesure de les servir.

La question, ici, est la suivante : « qu’est-ce que les centaines de milliards de dollars, dépensés chaque année afin de financer la campagne guerrière en Irak, a produit pour les citoyens états-uniens ? » Comme le sait parfaitement votre Excellence, dans certains Etats de votre pays, il y a des États-uniens qui vivent dans l’indigence.

Ces milliers de sans-abri et de sans-emploi représentent un énorme problème

Bien entendu, ce genre de problème existe - à plus ou moins grande échelle - dans bien d’autres pays, également.

En ayant ces conditions déplorables à l’esprit, les dépenses gargantuesques de la campagne militaire - imputées sur le budget public - peuvent-elles être justifiées et tenues pour conformes aux principes rappelés en début de cette lettre ? Que dit-on, quels sont les griefs des gens, dans le monde entier, dans notre région, et dans votre pays ?

Mais mon principal souci - dont j’espère que vous le partagerez, au moins pour partie - est le suivant : Les gens au pouvoir ont un temps défini à passer aux affaires, ils ne sont pas appelés à gouverner indéfiniment, mais leur nom sera enregistré dans l’histoire et ils sera constamment jugé dans le futur immédiat, et aussi dans un futur plus éloigné.

Les gens vont passer notre présidence au peigne fin.

Aurons-nous réussi à apporter la paix, la sécurité et la prospérité aux gens, ou au contraire l’insécurité et le chômage ? Aurons-nous cherché à instaurer la justice, ou nous sommes-nous contenté de soutenir des groupes d ’intérêts particuliers, poussant beaucoup de gens dans une vie de pauvreté et de difficulté, rendu une poignée de personnes riches et puissantes - tout en acquérant leur soutien au prix de l’approbation du peuple et du Tout-Puissant ? Aurons-nous défendu les droits des gens défavorisés, ou les aurons-nous ignorés ? Aurons-nous défendu les droits de tous les hommes, partout sur la planète, ou leur aurons-nous imposé des guerres, aurons-nous interféré illégalement dans leurs affaires intérieures, aurons-nous créé des prisons infernales et emprisonnés certains d’entre eux ? Aurons-nous dit la vérité à notre peuple et aux autres, dans le monde entier, ou leur en aurons-nous présenté une version controuvée ? Aurons-nous été aux côtés de notre peuple, ou du côté des occupants et des oppresseurs ? Notre administration aura-t-elle agi afin de promouvoir un comportement rationnel, logique, l’éthique, la paix, en satisfaisant aux obligations morales, à la justice, au service du peuple, de la prospérité, du progrès et du respect de la dignité humaine, ou bien n’aura-t-elle servi que la force des canons ?

L’intimidation, l’insécurité, le mépris du peuple, le renvoi aux calendes grecques du progrès et de l’excellence d’autres pays, et le piétinement des droits du peuple ? Enfin, nous serons jugés sur la question de savoir si nous sommes restés fidèles au serment propre à notre fonction, de servir le peuple - ce qui est notre tâche primordiale - et fidèles aussi aux traditions des prophètes - ou non ? Monsieur le Président, combien de temps le monde continuera-t-il à tolérer cette situation ? Vers quoi cette pente fatale conduit-elle le monde ?

Jusqu’à quand les peuples du monde entier devront-ils payer pour les décisions incorrectes d’une poignée de dirigeants ? Combien de temps encore le spectre de l’insécurité - qui émane des énormes stocks d’armes de destruction massive - va-t-il hanter les peuples du monde entier ? Combien de temps encore le sang des hommes, des femmes et des enfants innocents va-t-il continuer à être répandu dans les rues, et les maisons des braves gens à être démolies sur leurs têtes ?

La situation qui règne actuellement dans le monde vous satisfait-elle ? Pensez-vous que la politique actuelle peut-être poursuivie ? Si les milliards de dollars dépensés pour la sécurité, les campagnes militaires et les mouvements de troupes étaient consacrés aux investissements et à l’aide aux pays pauvres, à la promotion de la santé, à la lutte contre diverses maladies, à l’éducation et à l’amélioration de la santé mentale et physique des gens, à l’aide aux victimes de catastrophes naturelles, à la création d’ emplois et à la production, à des projets de développement et de lutte contre la pauvreté, à l’instauration de la paix, à la médiation entre états en conflit et à l’extinction des flammes de conflits ethniques, raciaux et autres, où en serait aujourd’hui le monde ? Votre gouvernement et votre peuple ne seraient-ils pas particulièrement fiers, et à juste titre ?

La situation politique et économique de votre économie ne serait-elle pas meilleure ? Et, je suis désolé de vous le dire, aurait-on assisté à cette haine mondiale, de plus en plus forte, envers les gouvernements américains quels qu’ils soient ? Monsieur le Président, il n’est nullement dans mes intentions de mettre qui que ce soit dans l’embarras.

Si les prophètes Abraham, Isaac, Jacob, Ishmael, Joseph ou Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Eux) étaient aujourd’hui parmi nous, comment jugeraient-ils un tel comportement ? Aurions-nous un rôle à jouer dans le monde de la Promesse, un monde dans lequel la justice sera universelle et Jésus-Christ (Que la Paix soit sur Lui) sera présent. Et même : nous accepterons-t-ils ? Ma question, fondamentale, est celle-ci : n’y a-t-il pas une meilleure façon d’interagir avec le reste du monde ? Aujourd’hui, il y a des centaines de millions de chrétiens, des centaines de millions de musulmans, et de millions de personnes qui suivent les enseignements de Moïse (Que la Paix soit sur Lui).

Toutes les religions célestes ont en partage un concept, qu’elles respectent  : le monothéïsme, ou la croyance en un seul Dieu, exclusivement.

Le saint Coran met l’accent sur ce mot commun, et il exhorte les croyants des religions divines en ces termes : «  Dis ! Ô vous qui respectez le Livre ! Convenez avec nous d’une proposition équitable entre nous et vous, aux termes de laquelle nous ne servirons personne sauf Allah, auquel nous ne donnerons aucun associé.

Avec Lui, et quelques croyants de notre communauté ne prendrons personne comme Seigneur, si ce n’est Allah, mais s’ils reviennent, alors ils diront : « Soyez témoins du fait que nous sommes Musulmans.

Monsieur le Président,

D’après les versets divins, nous avons tous été appelés à adorer un seul Dieu et à suivre les enseignements des divins prophètes

« A adorer un Dieu qui est supérieur à tous les pouvoirs de ce bas-monde, et qui peut se rendre là où bon Lui semble ;

« Le Seigneur, qui sait ce qui est caché et ce qui est visible, le passé et l’avenir, sait ce qui se passe dans le cour de Ses serviteurs, et enregistre leurs faits et gestes.

« Le Seigneur, à qui appartiennent les cieux et la terre et tous l’univers est Son tribunal », « la planification de l’univers est faite par Ses mains, et il donne à ses Serviteurs les bienfaits béatifiques de la miséricorde et de la rémission des péchés. »

« Il est le compagnon de l’opprimé et l’ennemi des oppresseurs » ;

« Il est plein de compassion et de miséricorde

« Il est le recours des croyants et ils les guide vers la lumière, en les tirant de l’obscurité » ;

« Il est le témoin des actions de Ses serviteurs », « Il exhorte ses serviteurs à être fidèles et à faire de bonnes actions, et il leur demande de demeurer sur le sentier étroit de la rectitude et de demeurer confiants. »

« Il exhorte ses serviteurs à respecter Ses prophètes et Il est un témoin de leurs agissements.

« Une triste fin attend seulement ceux qui ont choisi la vie d’ici-bas et de Lui désobéir et d’opprimer ceux qui Le servent. »

Et « Un délicieux et éternel paradis appartient à ces croyants qui redoutent Sa majesté et ne se laissent pas entraîner par leur propre lascivité.

« Nous croyons que le retour aux enseignements des divins prophètes est la seule voie salvifique.

Je me suis laissé dire que votre Excellence suit les enseignements de Jésus, et qu’elle croît en les divines promesses de son règne des justes sur la Terre.

Nous pensons également que Jésus-Christ fut un des grands prophètes du Tout-Puissant.

Il est à plusieurs reprises louangé, dans le Coran.

Jésus est cité, également, dans le Coran [19,36] « Et, certainement, Allah est mon Seigneur et ton Seigneur, par conséquent, sers-Le ; c’est là le bon chemin, Myriam. »

Le service du Tout-Puissant et l’obéissance envers Lui, tel est le credo de tous les messagers divins.

Le Dieu de tous les peuples d’Europe, d’Asie, d’Afrique, d’Amérique, du Pacifique et de tout le reste du monde est un seul et même Dieu.

« Il est le Tout-Puissant qui veut guider et donner leur dignité à tous Ses serviteurs. Il a donné la grandeur à tous les Humains. Nous lisons, toujours dans le Saint Coran : « Dieu, Tout-Puissant, a envoyé Ses prophètes qui ont fait des miracles et donné des signes évidents afin de guider le peuple et de leur montrer des preuves divines et de les purifier des péchés et des souillures. Et Il a envoyé le Livre et la balance afin que le peuple puisse faire preuve de justice et évite les irrespectueux. »

Tous les versets cités ci-dessus sont apparents, sous une forme ou sous une autre, dans la Bible, également.

Les prophètes divins l’ont promis : le jour viendra où tous les hommes se rassembleront devant le tribunal du Tout-Puissant, afin que leurs actes soient examinés. Le bienfaisant sera dirigé vers le Ciel, et les méchants trouveront leur châtiment divin. Je pense que nous croyons tous deux en un tel jour, mais il ne sera pas facile d’estimer l’action des dirigeants, parce que nous devons être redevables à nos nations et à tous les autres, tous ceux dont la vie a été directement ou indirectement affectée par nos actions. Tous les prophètes parlent de paix et de tranquillité pour l’homme - fondées sur le monothéisme, la justice et le respect de la dignité humaine.

Ne pensez-vous pas que si nous nous mettions tous d’accord pour croire et respecter ces principes - à savoir : le monothéisme, l’adoration de Dieu, la justice, le respect pour la dignité de l’homme, la croyance dans le Jugement Dernier - nous pourrions surmonter les problèmes actuels du monde, qui résultent de la désobéissance au Tout-Puissant et aux enseignements des prophètes, et améliorer nos performances ? Ne pensez-vous pas que les principes mentionnés, écrits ou non-écrits, sont universellement respectés ? N’accepterez-vous pas cette invitation ? C’est-à-dire l’invitation à faire un retour sincère vers les enseignements des prophètes, le monothéisme et la justice, afin de préserver la dignité humaine et l’obéissance envers le Tout-Puissant et ses prophètes ? Monsieur le Président, l’Histoire nous enseigne que les gouvernements répressifs et cruels ne sauraient survivre très longtemps.

Dieu a chargé les hommes de leur propre sort

Le Tout-Puissant n’a pas abandonné l’univers et l’humanité à leurs propres inerties. Beaucoup de choses se sont produites, qui allaient à l’encontre des souhaits et des projets des gouvernements. Cela nous dit qu’il y a une puissance supérieure, qui agit, et que tous les événements sont déterminés par Lui.

Y a-t-il quelqu’un qui puisse nier les signes de changement, dans le monde, aujourd’hui ? La situation régnant aujourd’hui dans le monde est-elle comparable en quoi que ce soit à celle qui existait voici seulement dix ans  ? Les changements se produisent rapidement, et s’enchaînent sur un rythme impétueux. Les peuples du monde ne sont pas satisfaits du statu quo, et ils ne prêtent que très peu d’attention aux promesses et aux commentaires d’un petit nombre de dirigeants influents au niveau mondial Beaucoup de personnes, dans le monde, se sentent en insécurité et s’opposent à l’extension de l’insécurité et de la guerre : elles n’approuvent pas ni n’ acceptent certaines politiques douteuses.

Les gens protestent contre le gouffre qui va sans cesse s’élargissant entre les possédants et les indigents, entre les pays riches et les pays pauvres. Les gens sont dégoûtés par la corruption qui ne fait qu’empirer. Les habitants de plusieurs pays sont en colère en raison des agressions contre leurs fondements culturels et de la désintégration des familles. Ils sont également désappointés par le recul de l’attention et de la compassion.

Les peuples du monde ne croient plus aux organisations internationales, parce que leurs droits ne sont plus défendus par ces organisations. Le libéralisme et la démocratie de style occidental n’ont pas été capables de contribuer à la réalisation des idéaux de l’humanité. Aujourd’hui, l’échec de ces deux concepts est patent. Les personnes clairvoyantes peuvent d’ores et déjà entendre les craquements avertissant de l’écroulement de l’idéologie et de la pensée des systèmes démocratiques libéraux. Nous voyons de plus en plus de personnes, dans le monde entier, en train de se mettre en route vers un point focal fondamental - à savoir : Dieu Tout-Puissant.

Nul doute qu’à travers la foi en Dieu et les enseignements des prophètes, les hommes pourront surmonter leurs problèmes.

La question qu’il me brûle de vous poser est celle-ci : « Ne voulez-vous pas vous joindre à eux ? »

Monsieur le Président, que le vouliez ou non, le monde est en train de graviter en direction de la foi en le Tout-Puissant et la justice, et la volonté de Dieu prévaudra sur toute chose.

Wa-s-salâm ’alâ man ittaba’-l-hudâ [Que la paix soit sur celui qui suivra la voie droite]

Mahmûd Ahmadi-Najad
Président de la République islamique d’Iran
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #8 le: 16 Mars 2007 - 07:07:39 » par Invité
Je suis tout à fait d'accord avec toi Vuv que le Prez de l'Iran y est pour rien. En fait ses propos ont été déformés. Il n'a bien sûr jamais dit qu'il allait rayer Israel de la carte, il a plutôt dit qu'Israel n'avait pas de légitimité.

Je vais renvoyer une nouvelle version de mon article, bien meilleure à mon humble avis.



**********
À Widar, salut bien! je suis content de voir quelqu'un qui s'intéresse à l'anthroposophie.

Ces dates étaient données je crois par Nicolaas de Jong (j'ai lu de lui UFOS : the search for truth, reality and tools for their redemption) ou bien Richard Seddon (The future of humanity and the earth).

Quelles dates donnerais-tu?

Je suis ouvert à ta correction, puisque je tiens comme toi à ce que cette erreur soit rectifiée.
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #9 le: 16 Mars 2007 - 07:09:14 » par Invité
Le centre caché et l’opposition complice


« Nous sommes maintenant de l’autre côté du miroir, le blanc est noir et le noir est blanc. »
- Kevin Costner, personnifiant Jim Garrison dans le film d’Oliver Stone JFK

Il est désormais bien connu que George W. Bush et John Kerry, les candidats républicain et démocrate aux dernières présidentielles américaines, sont membres de l’ultime confrérie secrète de l’université de Yale : la loge franc-maçonnique Skull and Bones. Ce seul fait devrait nous amener à nous demander si le bipartisme politique américain ne serait pas en réalité qu’un leurre.

Les loges secrètes de l’Ouest, incluant les Skull and Bones, maîtrisent l’art de la dialectique hégelienne (thèse, antithèse, synthèse) par laquelle, en manipulant les deux camps opposés, par exemple gauche communiste contre droite capitaliste, libéralisme démocrate contre conservatisme républicain, etc., elles gardent le contrôle peu importe le parti au pouvoir. Prescott Bush, son fils George H. W. Bush et son petit fils l’actuel président étasunien George W. Bush - la nouvelle dynastie pharaonique - ont tous été Skull and Bones. Les richissimes Prescott Bush et Averell Harriman ont fondé deux firmes géantes de Wall Street, composées de douze partenaires, dont huit étaient Skull and Bones.

Hitler disait ne pas croire un mot de sa propagande anti-communiste mais que celle-ci était nécessaire pour obtenir l’appui des Allemands. Et sans le nazisme, l’appui international nécessaire à la création de l’État d’Israël aurait fait défaut. L’idéologue du sionisme Theodor Herzl ne croyait pas si bien dire : « l’antisémite est le meilleur ami de la cause sioniste ». L’histoire est remplie d’exemples de manipulations politiques utilisant un faux antagonisme, un ennemi utile, comme le croque-mitaine Ben Laden et le terrorisme musulman qui ressurgissent toujours lorsque les États-Unis entrent en période pré-électorale.

Les groupes financiers de l’Ouest
C’est un fait connu que Le Capital de Karl Marx était le livre de chevet des plus grands financiers au tournant du vingtième siècle. Il a par ailleurs été démontré par le respecté chercheur de l’Université Stanford Anthony Sutton en 1974 que les fonds de la Révolution venaient des hautes instances financières de l’Ouest, notamment la firme J.P. Morgan. Alors qu’à Londres, des Juifs nationalistes se convertissaient au sionisme et oeuvraient à promouvoir la création d’un État juif, du côté de la Russie, des Juifs internationalistes joignaient les hauts rangs des bolcheviks. Hitler était lui aussi financé par Wall Street, révèle Sutton en 1976. En somme, les grands financiers de l’Ouest ont été les instigateurs des trois grandes formes de socialisme : le bolchevisme, le national-socialisme et le New Deal de F. D. Roosevelt.

Ces mêmes groupes financiers ont établi la Réserve fédérale américaine (qui en réalité n’est pas fédérale mais possédée par des intérêts privés!), le Council on Foreign Relations (une initiative de David Rockefeller), la Commission Trilatérale, les Bilderbergers, les accords internationaux tels que le GATT, l’ALENA et la ZLÉA.  Les organisations internationales telles que le Fond monétaire international (FMI), la Banque mondiale, le Club de Rome, le Royal Institute of International Affairs, ont été fondés dans la foulée de la Table ronde, par les initiatives de riches idéalistes à la fin du dix-neuvième siècle, au Royaume-Uni. C’est entouré de Lord Alfred Milner, Nathan Rothschild, Lord Esher (conseiller de la reine Victoria), Arthur James Balfour (qui signa La Déclaration Balfour de 1917, adressée à Lord W. Rothschild pour l’établissement d’un foyer national juif en Palestine), que Cecil Rhodes fonda la Table ronde. Il trouva ses plus fidèles partenaires en Lord Alfred Milner et Averell Harriman père et fils, tous trois Skull and Bones. Des dires de Rhodes - qui se prenait pour le nouveau Ignace de Loyola -, l’organisation de la Table ronde s’inspire de l’Ordre des Jésuites, de l’Église catholique et de la Franc-maçonnerie, pour servir ‘la mission du Saint Empire britannique’. Dans certains hauts lieux anglo-saxons, l’origine étymologique du terme ‘british’ indique que les Anglais descendent du Peuple de l’Alliance (B’rith signifiant alliance et ish - homme ou peuple).  Mais le flambeau du Saint Empire passera aux mains des États-Unis en 1919, après que la puissante fédération du ‘British-Israël’, se posant en concurrent direct du sionisme, ait établi que le ‘véritable Israël’ est aux États-Unis, terre d’accueil des ‘tribus perdues d’Israël’.

La Rhodes Scholarship Award est une bourse prestigieuse de l’université de Oxford offerte aux étudiants jugés les plus prometteurs, aux plus ardents missionnaires de l’impérialisme anglo-saxon. Les universités de Oxford en Angleterre et de Georgetown, Yale, Harvard et Princeton aux États-Unis, sont de véritables usines à missionnaires de l’« american way of life ».
Harriman était l’un de ces diplomates internationalistes qui entretenaient de bonnes relations de part et d’autre du rideau de fer et passaient des documents secrets entre Londres et Moscou. Après la chute du Mur, Harriman se mit à chercher un candidat démocrate devant succéder au règne de Bush père. En William (Bill) Clinton, étudiant des Jésuites à Georgetown et récipiendaire du Rhodes Scholarship Award à Oxford, il trouva un ardent missionnaire de l’impérialisme anglo-américain.

Les promoteurs du pan-américanisme tiennent un discours internationaliste pour promouvoir l’abolition des frontières des États et ainsi donner libre cours à un mode de gouvernance néo-libéral ‘made in USA’. Ainsi, l’Union nord américaine (Canada, États-Unis, Mexique) est déjà en voie de réalisation.  Néanmoins, le discours inverse, nationaliste chauvin, qu’il soit américain, britannique ou israélien, peut également servir les mêmes fins hégémoniques.

Les pan-américanistes ont rabâché à satiété un même discours libéral multiculturel, exaltant le pluralisme, le cosmopolitisme et la très politiquement correcte tolérance, jusqu’à ce que le ‘fanatisme religieux’ vienne déclencher la seconde phase du processus dialectique et susciter son antithèse, le basculement dans l’intolérance et l’érosion des libertés.  Mais leur réelle ambition dépasse les antinomies national-international et tolérance-intolérance : ce ne sont que des moyens pour s’assurer le contrôle global sur l’humanité.  

L’initiation des loges de l’Ouest
Les individus qui se hissent jusqu’aux postes les plus importants n’y arrivent pas nécessairement grâce à leurs talents, mais par une certaine prédisposition de leur subconscient à recevoir des inspirations démoniaques, prédisposition exacerbée par leur initiation dans les confréries secrètes de l’Ouest.  Les rites cérémoniels des loges de l’Ouest et des cercles les plus élevés du bolchevisme et du nazisme agissent jusque dans la mémoire subconsciente des individus. Alors qu’un individu ‘moral’ soupèserait ses actions, un individu ‘inspiré’ de la sorte aura tendance à prendre des décisions ‘d’instinct’, sous l’influence d’entités qui stimulent la ruse, faisant de lui un parfait machiavel, prompt à la corruption, voire même à ordonner de sang-froid des massacres, comme le bloc anglo-américain le fait en ce moment en toute impunité sous le couvert de la mondialisation néo-libérale. Ces initiations le préparent à tout sacrifier au nom d’un nouvel ordre mondial par lequel l’empire pharaonique étasunien doit assujettir la planète et en faire un véritable camp de travail au service de Big Brother. Le but est d’établir un véritable enfer sur terre, qui n’est pas sans rappeler la messe noire, transposée à l’échelle planétaire.

Le clan Bush et les nazis
Le nazisme se présente comme une culmination du Mal au vingtième siècle : une alliance entre le jésuitisme, le racisme, le nationalisme et le socialisme. Tout comme le bolchevisme, le nazisme a littéralement ouvert les portes de l’enfer et sa furie contre l’Homme ne s’est pas restreinte au Juifs allemands, elle s’est étendue en Europe de l’Est, notamment en Pologne, où les Ustashis, des troupes SS/Jésuites ont perpétré des massacres à ce point abominables que les pires camps de concentrations allemands pâliraient en comparaison.  

On sait maintenant que Prescott Bush était l’un des banquiers secrets de Hitler. La CIA a d’ailleurs été fondée sur le modèle des SS par George H.W. Bush, en collaboration avec des nazis, dans la foulée de l’Opération Paperclip, qui donna droit d’asile à des criminels de guerre nazis aux États-Unis et au Canada. Des recherches secrètes sur la dissociation de la personnalité par la torture, financées par la CIA, ont été menées par des médecins nazis tels qu’Allen Dulles au Allen Memorial Institute de l’Université McGill de Montréal, sous la direction du docteur Ewen Cameron. Le projet MK-Ultra a perfectionné ces techniques en créant des esclaves sous contrôle mental total, comme l’étaient les Assassins de l’Ordre des Thugs. On peut former non seulement des assassins et des espions indétectables mais aussi des groupuscules terroristes...    

Derrière la tragédie du 11 septembre 2001 : les États-Unis et Israël?
L’histoire officielle révèle qu’Hitler et Goering eux-mêmes ont fait brûler le parlement allemand (Reichstag) pour blâmer les communistes, envahir la Pologne et déclencher la guerre. De la même façon, des éléments criminels du gouvernement américain sont incontestablement complices et bénéficiaires des attentats du 11 septembre. Le Reichstag et le 11 septembre sont des exemples d’opérations ‘False flag’, où la responsabilité d’une attaque est faussement attribuée à l’ennemi. En plus de justifier des politiques liberticides, la guerre en Afghanistan et l’invasion de l’Irak, la guerre au terrorisme a uni les États-Unis et Israël contre un ennemi commun, permettant aux États-Unis d’affermir leur contrôle sur le Moyen-Orient tout en servant les intérêts d’Israël en légitimant ses politiques d’apartheid et de génocide des Palestiniens.

Aux États-Unis, un réseau d’agents du Mossad qui se faisaient passer pour des étudiants en Arts a été démasqué. Des chercheurs indépendants ont démontré par la suite le rôle du Mossad, du MI6 et de la CIA dans le terrorisme international communément attribué à Al Qaida, groupe dont l’existence est fortement contestée. Des compagnies itinérantes, de déménagement et de messagerie instantanée (Odigo, Comverse), serviraient de couverture aux activités d’espionnage du Mossad. Comment expliquer que les vendeurs d’une compagnie itinérante du Mossad aient logé à Hollywood, en Floride, à un coin de rue de l’appartement de Mohammed Atta et de la supposée cellule terroriste du 11 septembre? Comment expliquer que sept des supposés terroristes soient toujours en vie? Comme Ben Laden, Atta clame son innocence. Il soutient qu’il s’agit d’un vol d’identité. Le FBI dit la même chose lorsqu’il relâche des présumés terroristes.

Le jour des attentats, cinq Israéliens ont été interceptés sautant de joie à la vue de l’effondrement des deux tours. Des passeports israéliens et des habits musulmans ont été découverts à bord de leur camion de déménagement. Au même moment, d’autres Israéliens sont arrêtés en train de filmer les attentats. Ils prétendirent avoir été envoyés là pour « documenter l’événement », ce qui implique une connaissance préalable. Une centaine d’Israéliens ont été arrêtés en sol américain, interrogés puis relâchés avant et après le 11 septembre, mais le sujet est classé ‘secret défense’.

Ce que révèlent l’effondrement des trois tours du WTC et l’attaque du Pentagone
Les tours du World Trade Center (WTC) ont-elles pu s’effondrer sous la chaleur du carburant inflammable? Non. Les puissantes explosions ne sont en aucun cas redevables au carburant, car celui-ci avait cessé de brûler depuis longtemps. Des photos montrent que des survivants se tenaient autour des cavités creusées par les avions, or comment auraient-ils pu se tenir là si, comme le veut la thèse officielle, la chaleur du feu était suffisamment intense pour que la structure en acier de la tour s’effondre?

Les images vidéo des effondrements montrent clairement les explosions synchronisées qui ont causé l’effondrement des deux tours à la vitesse de chute libre. D’autres images montrent du métal en fusion s’écoulant par le côté d’une des tours. Six jours plus tard, on trouva de l’acier en fusion sous les décombres. Le professeur Steven E. Jones a découvert que sa composition chimique présente des traces de thermite, un puissant explosif pouvant atteindre des températures assez élevées pour couper l’acier comme du beurre. Autre indice d’une démolition contrôlée : l’effondrement a créé un nuage ‘pyroclastique’ de poussière. Or pour installer les explosifs dans ces tours, il faut avoir déjoué la sécurité pendant une semaine au moins. Par un curieux hasard, la sécurité du WTC était assurée par la société Securacom de Marvin Bush, le frère du président.

Fait peu connu, de petits incendies ont été observés dans un troisième bâtiment, la tour 7 du WTC, avant que celui-ci s’écroule subitement sans raison apparente. Le propriétaire du WTC, Larry Silverstein, un riche Juif proche du magnat médiatique Rupert Murdoch et des sionistes Sharon et Netanyahu, a récolté sept milliards de dollars des assurances suite aux attentats. Il a avoué, lors d’une entrevue accordée à PBS, avoir lui-même donné l’ordre de faire démolir (‘pull it’) la tour 7. En jargon technique, ‘to pull’ signifie ‘démolition contrôlée’. Au contraire des deux tours, la démolition de la tour 7 fut bien contrôlée, sans explosion. Selon Eric Hufschmid, la tour 7 a servi de centre de commande pour la démolition contrôlée des deux autres tours.

Et le vol 93? Pas le moindre petit débris de cet avion n’a été retrouvé : qu’un gigantesque cratère, vraisemblablement créé par un quelconque missile. Et les appels des passagers du vol 93? Statistiquement, les chances qu’un téléphone cellulaire fonctionne à plus d’une dizaine de kilomètres d’altitude sont infimes.  Toute l’histoire des vaillants passagers luttant contre les terroristes ne repose que sur ces appels dont l’authenticité est plus que douteuse. En revanche, des gens hauts placés ont reçu un téléphone (certains par messagerie Odigo) les avertissant de ne pas se rendre au WTC ce matin-là. Ce fait a été ignoré par la commission d’enquête.

Le FBI garde toujours jalousement les bandes vidéo, en date du 11 septembre, des caméras de surveillance des commerces voisins du Pentagone. Les quelques images révélées dans les médias permettent-elles de discerner un Boeing 757, le vol 77, percuter le Pentagone? On voit plutôt une traînée de fumée, identique à celle d’un missile, raser le sol, percuter le côté du bâtiment et exploser dans un flash. Par chance (?), l’aile touchée était vide, en rénovation. Le trou est minuscule, il n’y a aucune égratignure sur le gazon et les seuls débris trouvés sont des petits fragments de tôle légère ainsi qu’un réacteur quatre fois plus petit que celui d’un Boeing 757! Une rare image montre qu’une grosse pièce a été récupérée, cachée sous une toile et portée à bouts de bras par plusieurs hommes on ne sait où... Les chiens n’ont flairé aucun reste humain. Une chose est certaine : aucun Boeing ne s’est écrasé sur le Pentagone. L’hypothèse la plus vraisemblable concorde avec les descriptions des nombreux témoins: il ne peut s’agir que d’un missile ou d’un drone militaire téléguidé, peint aux couleurs d’un avion de ligne. De l’uranium appauvri entre dans la composition des drones et des missiles, ce qui expliquerait pourquoi des procédures de décontamination ont été suivies. La question demeure: qu’est-il arrivé au vol 77?

Le Pentagone est sans conteste le bâtiment le plus protégé d’Amérique du Nord. Si les procédures normales avaient été suivies, les chasseurs de la défense aérienne auraient intercepté et abattu tous les avions détournés. L’enquête révèle que la défense aérienne du NORAD n’est pas intervenue parce que des instances supérieures, suivant les ordres du vice-président Dick Cheney, ont insisté qu’il ne s’agissait que d’un ‘exercice’. Dans le cas du WTC, des chasseurs ont finit par prendre en chasse le second avion mais à très faible vitesse et seulement après avoir été envoyés en direction opposée, en pleine mer!  C’était trop tard de toute façon.

Un précédent au Canada sous le mandat de Stephen Harper
Le 2 juin 2006, à Toronto, dix-sept jeunes présumés terroristes, dont cinq mineurs, ont été arrêtés en possession de sacs de nitrate d’ammonium destinés à faire exploser le Parlement canadien et assassiner le premier ministre Harper. C’est seulement après que les suspects aient accepté une livraison, par des policiers en civils, de trois tonnes de ce qu’ils croyaient être, selon les comptes rendus de presse, un engrais pouvant servir à la fabrication de bombes que la police a mené une descente pour « démanteler le complot terroriste ». Ainsi le Canada est justifié d’aller en guerre contre le terrorisme, c’est-à-dire de bombarder l’Afghanistan et l’Irak et d’investir dans le renseignement et l’armement. Qui sait si la prochaine grande attaque terroriste ne se soldera pas par l’instauration de la loi martiale, cette fois-ci à l’échelle de l’Union nord américaine?

L’anti-anglo-américanisme et l’anti-sionisme : Ordo ab Chao
La théorie du « terrorisme international musulman » est une construction médiatique idéale pour légitimer les politiques d’apartheid de l’État d’Israël en Palestine et l’hégémonie anglo-américaine au Moyen-Orient, soutient Jimmy Carter dans son récent ouvrage. Il n’est pas le seul : le président du Venezuela Hugo Chavez, qu’on associe à la voix de l’altermondialisme, ainsi que le président de l’Iran Ahmadinejad, passionnément anti-Israël et anti-sioniste, dénoncent vertement les crimes de guerre de l’alliance « anglo-américano-israélienne ».  Chavez a traité Bush de ‘diable’ et de dictateur et soutient la théorie du complot intérieur du 11 septembre, selon laquelle le gouvernement américain a orchestré ou, à tout le moins, prêté le flanc hypocritement aux attaques terroristes du 11 septembre. Ahmadinejad dit la même chose mais va plus loin encore en remettant en question la légitimité de l’État d’Israël. Il a tenu le 10 décembre 2006 un congrès international sur l’Holocauste Juif, auquel étaient invités des néo-nazis et autres révisionnistes, c’est-à-dire des individus qui remettent en question l’ampleur du génocide juif, exagéré pour servir la cause de la fondation de l’État d’Israël. Il contribue à ce que les médias et le gouvernement d’Israël le dépeignent comme un nouveau Hitler, faisant de l’Iran l’ennemi suprême du bloc israélo-américain. Ainsi les chefs d’État anglo-américains parlent d’« islamofascisme » et stigmatisent le monde musulman, provoquant l’explosion des guerres raciales. Au final, le conflit s’envenime et finit par servir la dialectique du nouvel ordre mondial, Ordo Ab Chao. Bientôt, au nom de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, un interdit touchera jusqu’à la liberté de pensée elle-même, de sorte que toute critique à l’endroit d’Israël et toute remise en question de la théorie officielle du 9/11 sera jugée comme un crime haineux.

La grande majorité des Juifs d’aujourd’hui n’ont rien de sémite, ils descendent en fait des Khazars caucasiens qui au Moyen-âge se convertirent au judaïsme. Les Palestiniens en revanche sont d’authentiques Sémites. Ironiquement, c’est au nom des idéaux « du sang et du sol du Peuple élu » - idéaux explicitement nazis - que l’État juif d’Israël justifie le génocide des Palestiniens - un nouvel Holocauste anti-sémite - ainsi que l’érection du mur entourant la Palestine tel un véritable camp de concentration. Car pour Israël et ses rabbins extrémistes, les Arabes et les Musulmans sont des êtres infrahumains, des animaux, une vermine à exterminer.

Sur la piste du légendaire complot sioniste ‘judéo-maçonnique'
Inspiré des Dialogues aux Enfers entre Machiavel et Montesquieu, le document Les Protocoles des Sages de Sion a popularisé la thèse du complot judéo-maçonnique. Ce document a tellement été diffusé que ç’en est louche. D’un autre côté, il est particulièrement consternant de voir ses prophéties se réaliser sous nos yeux et de constater le contrôle des médias, des politiques et des finances mondiales par des Francs-maçons et des riches sionistes prétendument Juifs, le pouvoir des lobbys juifs et israélo-américains (AIPAC), la corruption de l’État d’Israël, sans parler du rôle du Mossad dans le terrorisme international. Or si les Protocoles ont fait des victimes, ce sont bien les Juifs eux-mêmes! Pensez-y : qui peut bien profiter d’un bouc émissaire judéo-maçonnique? Qui a toujours fait paraître les Juifs comme les meurtriers du Christ et de perfides usuriers? Qui a toujours haï les Francs-maçons et leur « gnose luciférienne »? Les Jésuites.

« Le mur blanc est noir et le mur noir est blanc lorsque le prêtre donne cet ordre au croyant, car il est ainsi inspiré du Saint-Esprit »
- Saint Ignace de Loyola, Exercices spirituels.
Les soldats de Jésus Roi du Monde
L’Ordre de la Société de Jésus a été fondé par Saint Ignace de Loyola en 1534 dans la foulée de la contre-Réforme. Les Jésuites contrôlent et informent le Vatican au même titre que les services secrets. Leur but est d’assurer leur dictature spirituelle sur le monde entier, dans tous les pays, suivant la vision d’un Jésus Inquisiteur et Roi du Monde. Au service de cet ‘idéal’, les Jésuites sont formés comme de véritables soldats voués corps et âme à l'hégémonie de l’Église catholique, infiltrant à cette fin toutes les religions et tous les gouvernements. Le jésuitisme est une initiation démoniaque de la volonté : les ‘exercices spirituels’ inculquent l’obéissance aveugle et développent une détermination féroce. Avec l’ultraconservateur Opus Dei, les Jésuites sont les représentants des forces qui enferment l’individualité des croyants dans des formes retardataires, traditionnelles, dans un psychisme de groupe.

L’influence jésuite agit très en amont des complots contre l’humanité, notamment dans l’assassinat de souverains et de chefs d’État. Des ouvrages sérieux exposent l’implication des Jésuites dans l’assassinat de Lincoln et Kennedy, les seuls présidents à avoir tenté de libérer les États-Unis des banquiers qui les contrôlent via la Réserve fédérale. Et pendant que l'Église joue les défenseurs des exploités en s’opposant à la mondialisation américaniste, dans les coulisses, les Jésuites démantèlent la Constitution et la Charte des droits, jugés hérétiques.  Les Jésuites ont été chassés de nombreux pays d’Europe avant d’établir leur centrale nord-américaine au Québec et d’envahir l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. L’éducation étant leur domaine de prédilection, ils ont formé les jeunes Lénine, Staline, Hitler, Castro, Clinton et Trudeau. En 1984, Reagan devint le premier chef d’État à reconnaître l’État du Vatican, événement consacré par le magazine Time dans son numéro intitulé « The Holy Alliance » qui rend compte de l’union de leurs efforts pour faire tomber le communisme en Europe de l’Est. Encore aujourd’hui, des chefs d’État (tel l’« altermondialiste » Hugo Chavez…) baisent la main du Pape, qu’ils soient ou non de religion catholique. Malgré la séparation de la religion et de l’État, la cour suprême des États-Unis joue les servants de messe lors de la traditionnelle Messe rouge, qui marque le début de la nouvelle année légale en célébrant la sujétion du gouvernement, du système légal, de la Réserve fédérale et du CFR face à l’Église. Rien d’étonnant : le système légal est une copie de la jurisprudence catholique, du droit romain.

La fin justifie les moyens
Avant d’être attribué à Machiavel et aux Protocoles, le principe utilitariste « la fin justifie les moyens », se disait Finis sanctificat media. Selon Le Serment secret, c’était le slogan jésuite :
« On t'a enseigné à planter insidieusement des semences de jalousie et de haine entre les communautés, les provinces et les États qui étaient en paix ; à les inciter à commettre des actes sanglants ; à les provoquer à la guerre les uns avec les autres, et à déclencher des révolutions et des guerres civiles dans des pays qui étaient indépendants et prospères (…) à te ranger aux côtés des combattants et à agir secrètement avec tes frères Jésuites qui pourraient être engagés dans la partie adverse, tout en étant ouvertement opposés à la cause que tu défends ; pour la seule raison que l'Église puisse toujours être du côté des vainqueurs, dans les conditions fixées dans les traités de paix, et parce que la fin justifie les moyens. (Je souligne.)

On t'a enseigné à travailler comme un espion, à recueillir tous les faits, statistiques et informations qui sont en ton pouvoir, de toutes les sources possibles ; à gagner la confiance des Protestants et des hérétiques de toutes sortes, jusque dans leurs familles ; à gagner la confiance des commerçants, des banquiers, des avocats, de ceux qui travaillent dans les écoles et les universités, dans les Parlements et les législatures, dans les tribunaux et les Conseils d'État, et dans toutes les institutions des hommes, au profit du Pape, dont nous sommes les serviteurs jusqu'à la mort. »

Notez que le Serment secret des Jésuites impose non seulement le principe utilitariste mais aussi le principe de l’antagonisme factice en justifiant l’infiltration des deux parties adverses.

Les Francs-maçons fourmillaient déjà d’agents Jésuites lorsque les hauts lieux Francs-maçons et Jésuites s’allièrent en 1802. Avant cette date, les Jésuites étaient si farouchement opposés aux Francs-maçons qu’ils les ont fait excommunier par le Pape en 1738. La revanche des Francs-maçons fit dissoudre l’Ordre Jésuite par un décret papal en 1773. C’était trois ans avant la fondation des Illuminés de Bavière, une société secrète révolutionnaire jésuite-maçonnique, par Adam Weishaupt, un Juif chassé de l’Ordre Jésuite. Leur manifeste révèle clairement leur objectif : la destruction des religions et des gouvernements et en vue d’établir leur domination mondiale. Ils ont orchestré la Révolution française, les grandes révolutions à travers le monde et les guerres mondiales. L’Illuminisme devint ensuite le Communisme, avant que son leadership soit transmis à des Juifs Ashkénazes, les leaders actuels du sionisme et du nouvel ordre mondial. Et puisqu’il faut ‘diviser pour régner’, ils veulent déclencher une explosion de guerres raciales.

Hitler et sa volonté de restaurer le Saint Empire romain germanique
La perpétuation du romanisme impérial sous toutes ses formes redonne vie au fantôme de l’Ancien Testament – le nationalisme et le racisme –, par lequel chaque culture, religion ou ethnie se voit comme le peuple élu, attendant la libération promise par son Dieu unique. Elle ravive aussi la notion de ‘royauté de droit divin’, unissant le pouvoir temporel royal à l’autorité spirituelle sacerdotale, qui remonte aux grands prêtres-pharaons d’ancienne Égypte.

Quantité de documents montrent les représentants de l’Église afficher un franc soutien envers le national-socialisme. En témoigne le Concordat de 1933 entre le Saint siège et Hitler, qui n’a jamais été annulé ou réprouvé officiellement et reste donc toujours en vigueur. Pour plusieurs, incluant lui-même, Hitler incarnait le Grand Monarque de la prophétie, chargé de restaurer la royauté de droit divin et mener le IIIe Reich à un Age d’Or millénaire. En fait, la dénomination « IIIe Reich » fait référence en premier lieu au Saint Empire romain germanique qui serait, a posteriori, le « Ier Reich ». Hitler admirait tant l’Église, pour son idéologie, son organisation, son système hiérarchique et son support des pouvoirs politiques de droit divin, qu’il fonda le nazisme sur le même modèle. Hitler dit à propos des SS : « C'est avec Himmler que la SS est devenue cette troupe sans pareille, fidèle jusqu'à la mort. Je vois en Himmler notre Ignace de Loyola ».

Le nazisme cultivait des rapports étroits non seulement avec l’Église mais aussi avec un certain Islam. Des images montrent le Grand Mufti de Jérusalem en visite chez les SS en Yougoslavie. Toutefois l’accord était bien plus profond, fondé sur leur croyance commune en la venue imminente d’un grand roi sauveur. Encore aujourd’hui, des groupes extrémistes musulmans font écho au nazisme : la Charte du Hamas réfère explicitement aux Protocoles et le salut du Hezbollah est identique au salut nazi.

Hypocrisie papale
Le scandale de la loge franc-maçonnique P2 de Monaco (qui compta l’ancien président italien fasciste Silvio Berlusconi dans ses rangs) a mis au jour les rapports mafieux liant les services secrets, les banques du Vatican, les Jésuites, les Chevaliers de Malte, les Francs-maçons, l’intégrisme religieux, la finance internationale, le trafic de drogues, la vente d’armes, le terrorisme et la guerre. Et le Pape Benoît XVI (Joseph Ratzinger, ancien Cardinal d’extrême droite catholique) ose critiquer le terrorisme musulman et ‘l’Islam fanatique’, allant jusqu’à suggérer l’exclusion de la Turquie de l’Union européenne ‘puisque l’Europe doit rester chrétienne’? Il y a fort à parier qu'il s'agit encore d'une provocation délibérée destinée à faire monter la tension, tout comme les célèbres caricatures danoises de Mahomet ou les nouvelles politiques du gouvernement de Tony Blair abolissant les accommodements aux « minorités culturelles qui, au nom du multiculturalisme, entretiennent les divisions raciales et culturelles ». Est-il nécessaire de rappeler que Ratzinger a fait partie des jeunesses hitlériennes et qu’il s’est tout récemment affublé de son propre machiavel de service - son conseiller officiel : le criminel de guerre notoire Henry Kissinger?

Finale hollywoodienne pour un film catastrophe : les scénarios apocalyptiques
De nombreux croyants et chercheurs pensent que Benoît XVI jouera un rôle de première importance dans l’accélération de la convergence des grandes religions du Livre. Les prophéties de Saint Malachie ont prédit avec une consternante exactitude les noms de tous Papes depuis le seizième siècle jusqu’à maintenant et elles indiquent que Benoît XVI, De Gloria Olivae, sera le dernier Pape avant le Pape antéchrist Pierre le Romain. La branche d’olivier est un symbole de paix qui souligne l’Alliance entre Israël et son Dieu ; l’arbre d’olivier est le symbole de l'unité originelle des trois religions du Livre. Sur le drapeau de l’ONU, la carte du monde, découpée en 33 sections, est placée dans une couronne de rameaux d’olivier. Dans le cas de Benoît XVI, l’olivier symbolise son rapprochement avec le judaïsme, d’une part, et sa ‘mission œcuménique’, d’autre part. Or c’est à l’antéchrist, l’usurpateur du trône du Christ, que les chrétiens attribuent généralement cette fonction œcuménique d’établissement de la paix mondiale via une religion unique. C’est ce qui fait croire à certains que Pierre le Romain est nul autre que Benoît XVI lui-même. Selon la Bible, l’antéchrist, siègera dans le Temple de Jérusalem, se prenant pour Dieu lui-même, et, à la fin des Tribulations, le Christ reviendra sur le Mont des Oliviers. Le messie juif doit lui aussi venir du Mont des Oliviers, après la restauration du Temple et le rassemblement des Juifs en Israël, ce que le sionisme doit accomplir. Or le site où le Temple doit être rebâti est occupé par le Dôme du Rocher et c’est à Jérusalem que le messie musulman doit se révéler. Amhmadinejad l’a dit en 2005 : les musulmans attendent le retour imminent d’un roi caché, le quatorzième Imam - le Mahdi, censé vaincre le Grand Satan occidental et établir la paix sur Terre. Étrangement, toutes ces prophéties convergent dans la figure du ‘Grand Monarque’ évoquée par Saint Remy à la veille du sacre du roi Clovis (496), premier roi mérovingien:
« Vers la fin des temps, un descendant des Rois de France règnera sur tout l'antique empire romain. Il sera le plus Grand des Rois de France et le Dernier de sa Race. Après un règne des plus glorieux, il ira à Jérusalem, sur le Mont des Oliviers, déposer sa couronne et son sceptre; et c'est ainsi que finira le Saint Empire romain et chrétien. »

Hillary Clinton, la favorite dans la course à la présidence américaine de 2008, apparaît comme une disciple zélée du gourou juif nouvel âge du mouvement Tikkun (‘réparer le monde’) et de son plan visant à ‘féminiser’ l’Amérique et achever la ‘Nouvelle Alliance’. Elle incarne ainsi un Messie luciférien en jupons, une Grande Prostituée que les ‘conspirationnistes’ et la droite chrétienne pourraient fort bien assimiler à l’antéchrist.

Le plan des loges de l’Ouest suit le scénario littéral de l’Apocalypse. Selon le sionisme chrétien appelé dispensationalisme, l’antéchrist va signer un traité de paix avec Israël et rebâtir le Temple, mais le Christ ne reviendra qu’après que les Juifs aient été réunis en Israël pour y être convertis. En fait, les sionistes rassemblent les Juifs en Israël pour les sacrifier dans un Armageddon nucléaire ! C’est dans cette optique que les médias rivent leur attention sur le Moyen-Orient (où se situe justement la fameuse vallée de Meggido, d’où origine le terme Armageddon désignant le combat final entre le Bien et le Mal) et pas seulement à cause du conflit israélo-palestinien ou du pétrole. Le monde bipolaire du ‘Clash des civilisations’, opposant l’Occident à un ‘Axe du Mal’ ‘anti-démocratique’ musulman ou communiste, est le cadre de référence géopolitique des sionistes chrétiens de la Maison Blanche orchestrant cette campagne de peur eschatologique. Menaçant d’éclater en conflit nucléaire, l’escalade des tensions entre ‘l’Ouest et le Reste’, reflet de la funeste division entre les religions du Livre, générera le sentiment de l’urgence d’un ‘dialogue sur une base commune’. Or l’ennemi réel des États-Unis est la superpuissance économique mondiale - la Chine. En effet, les États-Unis considèrent toute rivalité hégémonique comme une déclaration de guerre. Et si la Chine est déterminée à adopter l’« American Way of Life », elle refuse catégoriquement de devoir limiter son expansion économique au nom de ‘la lutte contre le réchauffement planétaire’. Dans tous les cas, la crise obligera à une refonte géopolitique mondiale en différents blocs, suivant le modèle Oceania-Eurasia-Estasia prédit par Orwell dans 1984.

Selon Jean Robin (2000), lorsque le caractère totalitaire du nouvel ordre mondial sera enfin évident et vertement dénoncé, les ‘mauvais extraterrestres’ (petits gris à grosses têtes et aux yeux ovoïdes, reptiliens, insectoïdes et 'mauvais nordiques') qui le contrôlent feront leur horrifiante entrée en scène. Ils serviront en réalité de faire-valoir à un soi-disant libérateur, un Grand Monarque mérovingien et ses alliés, les ‘bons extraterrestres Nordiques’, venus abattre le nouvel ordre mondial et son faux antéchrist. Ces ‘bons Visiteurs’ d’apparence typiquement aryenne sont déjà connus des ufologues comme étant supposément nos créateurs, originaires de Vénus, de Sirius ou des Pléiades, super technicisés, capables de restaurer l’équilibre climatique et environnemental de la planète. L’Apocalypse de Jean indique que la Grande Prostituée est finalement anéantie par la Bête qui la porte. Puisque le nazisme doit être d’une certaine façon réhabilité, la mise à nu de la Prostituée, la révélation des rouages du nouvel ordre mondial et du lobby israélo-américain par les ‘conspirationnistes’, mènera le monde à envisager encore une fois la ‘solution finale du problème juif’. Ainsi des millions de Sémites Juifs et Musulmans seront sacrifiés sur l’autel d’Israël par les sionistes. La victoire du Grand Monarque et des ‘bons extraterrestres Nordiques’ libérera l’humanité du joug du nouvel ordre mondial, or cette libération est un leurre, car un même centre caché, un cercle de haute magie noire, agite les marottes des deux camps opposés. La chute de la Prostituée est l’ultime exemple d'antagonisme factice, car, en réalité, le Grand Monarque viendra, tel la Bête, raviver un messianisme nazi et aplanir les voies d’un ‘Christ réincarné’ revenu instaurer une ère de mille ans de paix, un nouvel Age d’Or qui sera en réalité le véritable règne antéchristique.

Au début du Livre de Job, Dieu accorde au Diable la permission d’aller tester la foi de Job le pieu. Dans ‘Le Prologue dans le Ciel’ du Faust de Goethe, Dieu lance un défi à Méphistophélès : qu’il essaie de tenter Faust. Le mal est en quelque sorte un test prévu dans le plan divin, une ‘nécessité de fer’ de l’évolution humaine. Ce serait commettre une grave erreur que de se lancer dans une grande croisade en vue d’éradiquer le Mal – tentation à laquelle l’Occident s’apprête à succomber dans sa guerre au terrorisme –, car celui-ci se cache d’abord en nous-mêmes. C’est par ailleurs dans cette lutte incessante, qui oblige une veille constante et empêche de s’endormir spirituellement, que se fait l’essentiel du travail sur soi – le Grand Jihad. Ce test se présente enfin comme une question adressée personnellement à chacun d’entre nous : sommes-nous prêts à reconnaître le mal en nous-mêmes et dans le monde et à œuvrer ensemble pour le transformer?

Bibliographie :

BOARDMAN, T., 2007, The Spectres of 1776 and Sino-American Relationship in the 21st century, www.monju.pwp.blueyonder.co.uk/EW11.htm

BONDAREV, G., 1995, The Crisis of Civilisation, www.geocities.com/Athens/Sparta/1105/BondarevExcerpts.htm

Collectif Signs of the Times, Objectif Pentagone, www.pentagonstrike.co.uk/pentagon_fr.htm

HUFSCHMID, E., 2005, 911: Painful Deceptions, vidéos sous-titres français : http://reopen911.online.fr/?page_id=9 ; http://reopen911.online.fr/?page_id=120

NIJEBOER, A., 2004, Skull & Bones - Arrière plans occultes de l’expansionnisme américain. www.arjennijeboer.nl/francais/skullbones.htm

PARIS, E., 1975, L’histoire secrète des Jésuites, Fishbacher.

PASTORE, A. D. Ph.D., 2003, Stranger Than Fiction – An Independent Investigation of 9-11 and the War on Terrorism.  www.apfn.org/apfn/WTC_STF.htm

REUVENI, A., 1996, In The Name of the “New World Order’, Temple Lodge.

ROBIN, J., 2000, Veilleur, où en est la nuit?, Guy Trédaniel Éditeur.

SUTTON, A. C., 1974, Wall Street and the Bolchevik Revolution
http://reformed-theology.org/html/books/bolshevik_revolution/index.html
_, 1976, Wall Street and the Rise of Hitler  
http://reformed-theology.org/html/books/wall_street/index.html
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #10 le: 27 Mai 2007 - 04:02:20 » par Invité
Merci , mais le Lucibel des cathares dans tout ça ? Les cathos ont inversés les symboles et de ce fait Zebaoth - El Shaddan - El satan ou simplement Jahwe serait le vrai démiurge ( il adore entre autres l' odeur de chair brûlée).. Ceci explique aussi la séparation radicale entre l' église orthodoxe et catho , les premiers refusant totalement l' A.T. un peu comme Macion , plus tard les bogomiles puis nos cathares.Alors Lucifer -Prométhé - apollon ne serait - il pas le vrai Christ  dans le sens solaire et non lunaire du terme?

Salut

Mugu
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #11 le: 01 Juin 2007 - 07:48:57 » par Invité
Ça c'est le courant des gnostiques que tu expliques là...

Ils identifient le Christ à Baalam, que Yahve hait.

Pas étonnant que les gnostiques haïssent l'ancien Testament: regardez ce que les Juifs ont fait au Christ. Le Talmud parle du Christ comme d'un criminel qui brûle en enfer, il l'appelle Baalam, et les chrétiens sont jugés comme idolâtres, donc méritent d'être tués. Les gnostiques rejettent Moîse, et tout l'ancien Testament, (logiquement, ils rejettent ausi la tradition orale - le Talmud, le livre le plus sacré du judaïsme -, rappelons que les saduccéens et les pharisiens que Jésus-Christ dénonçait étaient les détenteurs de cette tradition orale talmudique).

Lucifer est lié à Elohim,
et Yahvé (le 7e Elohim, lunaire) est comme un reflet lunaire du Christ.
le Christ est plus lié à Elohim, les esprits solaires. Le Christ est l'Ëtre Solaire.

Dans un sens, le talmudisme (babylonien) vénère Lucifer. Tout comme les francs-maçons et les illuminati.
les gnostioques vénèrent Lucifer, ils identifient l'Esprit de Sophia au Serpent dan le Jardin qui apporte l'Illumination, en ouvrant les yeux d'Adam et Ève, ils identifient Yavhé à Satan, au méchant démiurge créateur du monde inférieur, matériel-psychique (puisque Dieu a créé les éons spirituels originels, pas le monde matériel corrompu), qui voulait garder Adam et Ève en son pouvoir, dans l'ignorance.

Steiner regardait cela comme des histoires géniales inventées par des génies, mais les gnostiques avaient compris tout croche parfois... Ils ont conservé les moyens de se lier au spirituel, mais leur gnose était déjà décadente. Ils étaient plus liés aux révélations grecques qu'aux révélations sémitiques. L'ambiguité est qu'à Babylone, les Juifs ont intégré une sorte de gnose qui était déjà décadente. C'est peut-être un peu pour ça que les gnostiques s'opposaient tant en juifs (plus tard les cathos, représentant d'une christianisme "juif": Augustin, Paul, tc.), tout en leur ressemblant beaucoup (mythe de la Genèse). Les gnostiques représentent un christianisme des Elohim au lieu d,un christianisme à la Yavhé (comme les cathos).

Mais c'est plus compliqué que ça: en effet les cathos ont intégré énormément d'éléments gnostiques: le célibat et l'ascèse, le martyr, les flagellations et mortifications, le jeûne, la confession, puisque Augustin a été manichéen et très influencé par les gnostiques, même s'il les a férocement combattu
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #12 le: 28 Juin 2007 - 11:01:49 » par Invité
L’histoire de l’univers d’après R. STEINER

Information :
Cette chronologie n’est qu’une indication sommaire des évènements des cycles spirituels et ne constitue pas perception spirituelle du temps. C’est une synthèse des données éparpillées dans les textes de RS et de quelques autres auteurs. Le meilleur moyen de percevoir le temps spirituel est de faire quotidiennement les 6 exercices conseillé par RS. Il s’agit d’une série de 6 exercices de concentration et de contrôles des pensées : 1) investigation d’un objet simple. 2) silence intérieur. 3) représentation du déroulement inversé des événements. 4) positivité dans tous les jugements. 5) égalité d’humeur. 6) les exercices ensemble. La pratique des exercices est la suivante : chaque jour pendant un mois effectuer le 1er exercice puis, le mois suivant, le 2nd, etc. Il est plus efficace d’additionner les exercices aux cours des mois. Une fois la période de 6 mois terminée il faut en recommencer une autre. D’après RS ces exercices permettent de purifier les corps éthérique et astral des entités élémentaire luciférienne et ahrimanienne. Et de garder le contrôle de soi. Le premier exercice développe le 3ème œil et permet de voir la nuit ou à travers les objets et de percevoir spirituellement les auras.

Préambule :
Les données de cette chronologie sont « spirituelles » et correspondent en parti à la vision du monde Astral de R.Steiner. Les évènements ASTRAUX s’incarnent dans le monde physique de manières décalées de ½ de leur période propre. Exemple pour la régence des archanges : les 350 ans de la régence spirituelle d’Oriphiel de -200 à 150, sont matériellement pleinement perceptibles de -25 à 325.

Sources :
1-Steiner. Le Karma  Vol. 1-6, Les hiérarchies spirituelles, L’apocalypse…  
2-Lazarides. Vivons-nous le commencement de l’ère des poissons ?
3-Schultz. Rhythmen der Sterne.
4-Vreede. Le ciel des dieux.


Début des INCARNATIONS PLANETAIRES

Forme de vie : SATURNE
(Pralaya)

Forme de vie : SOLEIL
(Pralaya)

Forme de vie : LUNE
(Pralaya)

Forme de vie : TERRE
Etat de forme : ARUPA (informe)
Etat de forme : RUPA (avec forme)
Etat de forme : ASTRAL
Etat de forme : PHYSIQUE

-80 000    Debut de la RACE MERE POLAIRE

-50 000    Début de la RACE MERE HYPERBOREENNE
-40 000   Début de GRAND KALY YUGA qui dure de 50 000 à 60 000 années ?
-38 000   Début de L’AGE D’OR ou KRITA YUGA qui dure 20 000 ans.

-35 000    Début de la RACE MERE LEMURIENNE.  

-23 000   Début de la RACE MERE ATLANTEENNE.
-18 000   Début de L’AGE D’ARGENT ou TRETA YUGA qui dure 15 000 ans.
-13 000   Début de L’AGE DE BRONZE ou  DVAPARA YUGA qui dure 10 000 ans.

-7197   Début de la RACE MERE MODERNE.
-7100   Début de la période de l’ANCIENNE INDE, durant cette période l’homme fortifiera son CORPS PHYSIQUE ?

-5047    Début de la période de l’ANCIENNE PERSE, l’homme développe son CORPS ETHERIQUE ?
-3101   Début de l’AGE SOMBRE ou petit KALI YOUGA 5000 années de -3101 à 1899.
-3000   FO-Y. Premier Empereur de Chine est l’incarnation de LUCIFER enseignant une sagesse intellectuelle.

-2897   Début de la période EGYPTO-CHALDEENNE ou l’homme développe son CORPS ASTRAL ?

-747   Début de la période GRECO-ROMAINE ou l’homme développe l’AME DE CONSCIENCE.
-550   Régence de MICHAEL (soleil) sur terre de -550 à -200.
-200   Régence d’ORIPHIEL (saturne) sur terre de -200 à 150.
~0   Le CHRIST, Dieu solaire, s’unit à la terre et enseigne le pardon et l’amour par une sagesse de la sensibilité.    
~30   Incarnation d’un initié en Amérique latine (combattant un esprit et finissant crucifié à l’image du Christ ?)
150   Régence d’ANAEL (venus) sur terre de 150 à 500.
333   Date centrale de l’histoire, agissant comme un reflet ; ce qui c’est produit avant se reproduira symétriquement dans le futur par rapport au chiffre 333.
500   Régence de ZACHARIEL (Jupiter) sur terre de 500 à 850.
666   Réunion d’initiés à GOND-I-SHAPUR (ville où fut mis à mort Mani en Iran nommée aussi Gonde shabour ou se situait la plus grande université médicale de l’orient qui à importé les techniques chirurgicales d’inde), ayant pour but la formation d’une initiation Ahrimanième (sciences appliquées).
850   Régence de RAPHAEL (Mercure) sur terre de 850 à 1190.
869   La querelle du FILIOQUE, les Anges se séparent en trois groupes, un groupe Michaelique évoluant autour du soleil, un autre restant sur terre et servant de support à l’implantation de pensées Ahrimanienne dans l’humanité, et un troisième dans l’hésitation entre ces deux courants.
1190   Régence de SAMAEL (mars) sur terre de 1190 à 1510.
1250   Coupure antre le monde physique et le monde spirituel pendant 1, 2 ou 3 ans.
1332   Incarnation du principe Ahrimanien (2x666), associé à l’invention de la typographie (conception mécanique et fonctionnelle du savoir?)

1413   Début de la période MODERNE ou se développera le SOI ESPRIT chez l’homme.
1510   Régence de GABRIEL (lune) sur terre de 1510 à 1879.
1879   Régence de MICKAEL (soleil) sur terre de 1879 à 2300 approximativement.
1899   Fin du petit KALI YUGA, un Age de 2500 est disponible à l’humanité pour développer une clairvoyance ethérique, jusqu’en 4399 ou disparaître (dans ce cas les âmes humaines s’incarneront dans d’autres univers).
1998   Incarnation du principe Ahrimanien (3x666), (associé à l’informatique et à la conception d’un vivant fonctionnel et mécanique par les manipulations génétiques, début du temps ‘0’ virtuel INTERNET opposé au temps Christique)
1950 à 2300 ( ?) Incarnation d’AHRIMAN R.Steiner ne précise pas de date pour cette incarnation d’ahriman, il indique juste qu’Ahriman se servira d’un homme mais qu’il ne sera pas réellement « incarné », comme Lucifer l’a été, il possédera un homme de l’extérieur non de l’intérieur.
~2300   Régence d’ORIPHIEL (saturne) sur terre de ~2300 à ~2650. (Période de décadence de la société planétaire similaire à la période de décadence de l’empire romain avec martyr des nouveaux initiés (les anthroposophes ?)
~2650   Régence d’ANAEL (venus) sur terre de ~2650 à ~3000 (Renouveau spirituel)

3563   Début de la période où l’homme développera l’ESPRIT DE VIE.

5663   Début de la période où l’homme développera l’HOMME ESPRIT.

7763   Fin de la RACE MERE MODERNE et début de la période des 7 SCEAUX décrite dans l’apocalypse.

?   Fin de la  RACE MERE DES 7 SCEAUX et début de la période des 7 TROMPETTES décrites dans l’apocalypse

Etat de forme : ASTRAL
Etat de forme : DEVACHAN
Etat de forme : DEVACHAN SUPERIEUR

(Pralaya)

Forme de vie : JUPITER
(Pralaya)

Forme de vie : VENUS
(Pralaya)

Forme de vie : VULCAIN
(Pralaya)

FIN DU CYCLE DES INCARNATIONS PLANETAIRES

Huitième SPHERE
(Les éléments de l’humanité qui n’ont pas pu progresser et qui subsistent, seront rejetés dans un cycle planétaire spécifiques appelé huitième sphère)
Journalisée

  Lucifer, Ahriman et Sorat ou la trinité du mal dans l’anthroposophie
« Répondre #13 le: 12 Juillet 2007 - 22:27:42 » par Invité
On parle beaucoup de chronologie. Concernant le nombre 666 je vous conseille de lire le livre en allemand de rudolf Steiner : Vorträge und Kurse über Christlich-Religiöses Wirken V.

Bien à vous.

Hire
Journalisée

 (Lu 38235 fois) [1]
Aller à:  


Accueil
Aide
Rechercher
Liste des membres

Identifiez-vous
Inscrivez-vous





SMF - Just Installed!



728 Messages
154 Fils de discussion
42 Membres
Dernier membre: jeanreve

Propulsé par PHP
Propulsé par MySQL
XHTML 1.0 Transitionnel valide !
CSS valide !



Powered by SMF 1.1.4 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
Simplicity design by Bloc